[talk] Sans documentation, la fonctionnalité n’existe pas !

Voici la vidéo, les slides et surtout les liens complémentaires de la conférence que j’ai eu l’honneur d’animer au PHP Tour 2018 à Montpellier. J’avais intitulé ma session Sans documentation, la fonctionnalité n’existe pas ! et le titre avait déjà amené beaucoup de débats avec mes pairs. Je vous laisse donc m’écouter, me lire et, si le sujet vous intéresse, approfondir la question par vous-même.

La vidéo de la session

Les slides de « Sans documentation, la fonctionnalité n’existe pas »

J’ai pris soin de garder les animations, c’est pourquoi vous avez un grand nombre de diapos : quand il y a deux versions, c’est que j’ai gardé les versions avant et après l’animation.

Les liens complémentaires

Durant ma présentation, je cite des outils ou je référence le travail d’autres personnes, voici les liens complémentaires.

 

Publicité

La keynote Mix IT édition 2016 (compte-rendu)

Ce n’était pas la première fois que je participais à Mix IT, et j’espère que ce ne sera pas la dernière. Il s’agit de deux jours de conférence, à Lyon, sur des sujets autour de l’informatique : technique et pratiques, notamment agiles. C’est en général passionnant parce que les sessions sont variées et les orateurs viennent d’horizons très différents.

mixit-banner

J’ai poussé fort pour que dans mon entreprise, on envoie des salariés à cet événement, et ça a été possible.

Ce qui me plaît dans Mix IT est aussi le démarrage de journée, tous les orateurs viennent pitcher leur session en 30 secondes, pour donner envie. Parfois, même moi qui a fait mon programme à l’avance, je change d’idée et je vais voir une session qui ne m’avait pas attirée sur le planning.

Keynote : agilité et pédagogie

Chrisian DEN HARTIGH

La Keynote de démarrage frappe fort. Un enseignant de collège, nous fait un REX sur ses pratiques agiles en classe.

Les bureaux des élèves sont en rond autour de tables supportant la documentation (dictionnaires et ouvrages de référence). Du coup, ils sont tous au premier rang. Difficile de sa planquer dans cette configuration. Pour d’autres phases de travail, les tables sont changées de place, et ce sont des ilôts pour encourager le travail en petit groupe.
Sur les groupes et dynamiques de groupe, il nous explique l’holarchie. Les élèves sont par classe d’âge, sans plus d’affinité que cela.

L’enseignant déplore qu’il a 100 nouveaux élèves chaque année et aucun retour sur ses pratiques. Il ne fait partie de leur vie scolaire qu’une seule année.

Ce qui m’a interpellée :

  • Tous les 15 sujets de rédaction de l’année sont donnés au début de l’année (ex : repas qui se termine mal). Les élèves préparent leur rédaction à la maison, en suivant un modèle (la double molécule) quant au déroulement de leur histoire. En réalité, s’ils n’ont rien préparé, ce n’est pas non plus un handicap. Puis en classe, ils échangent entre eux car les individus et interactions sont plus importants que les outils (hoho, l’avez vous vu le Agile Manifesto ?). Ensuite ils écrivent leur rédaction.
  • Les élèves ont des fiches d’auto-évaluation et choisissent sur quoi ils veulent s’améliorer.
  • Le papier de la colère : feuille identifiée comme « le papier de la colère » à froisser violemment en cas de colère.
  • Le smiley « doigt sur la bouche » à poser devant l’élève trop bruyant (chut).
  • Pour tous les travaux notés, les élèves ont accès à beaucoup de documentation.
  • Certains exercices ont une double réponse : une fois faits par l’élève, une fois fait avec des dés. Par ex, un exercice de grammaire avec les terminaisons -é -er et -és à placer est réalisé en deux colonnes. L’élève remplit avec son savoir, puis en suivant le dé.
  • Le Kanban en classe. Hé oui, la visualisation de ce qui est en-cours et de ce qui reste à faire est très puissante.

La citation

« J’ai deux moyens de communication, digital et numérique. »

En savoir +

https://pedagogieagile.com

Ensuite, je suis restée assise. Bon j’étais un peu soufflée, il faut bien le dire. Et la conférence suivante toujours dans le cadre de la keynote était fort intéressante.

La confiance en soi, ça ne sert à rien

Laure JOUTEAU

Laure Jouteau nous explique qu’en fait, pour changer de voie, ou se lancer dans quelque chose de nouveau, la confiance en soi n’est d’aucune utilité.

Inutile donc de rester paralysé par le conformisme, ou d’essayer de se rassurer en cherchant des bonnes raisons de se lancer.

Ce qui m’a interpellée :

  • Défi : faites LA chose que vous ne faites pas parce que vous n’osez pas, faites le pour vous, par pur égoïsme
  • On essaie toujours de rationnaliser par une idée de génie, un vocation alors qu’il faut une autorisation de se planter
  • La nouveauté est toujours assortie de trouille et c’est ok.

La citation

« On n’est pas la bonne personne pour réaliser ses rêves, on devient cette personne en le faisant. »

En savoir +

La vidéo de la conférence

Le texte du talk « La confiance en soi ça ne sert à rien »

 

Ce que m’a appris le HackDay Symfony

Tout d’abord, on pourrait croire que j’ai hacké comme une petite folle ce jour là, eh non…mes responsabilités parentales ont fortement limité mon champ d’action.
Cependant, voici ce que j’ai appris durant le HackDay Symfony lyonnais du 5 juillet 2014 :

  • demandez le minimum aux gens
  • encouragez les dès le départ
  • soyez attentifs à votre environnement : les gens aiment résoudre des problèmes (poussette dans l’escalier, intitulé des tickets)
  • le temps passé ensemble est précieux (ma fille qui me dérange tout le temps, partager autour d’une pizza)
  • tout le monde peut faire avancer les choses (même un tout petit point peut aider, parler peut donner des idées)

Allez lire le compte-rendu sur le site de l’AFUP.

Compte-rendu du PHP Tour lyonnais [23-24 juin 2014]

On l’avait bien attendu, ce PHP Tour, puisque je me souviens être allée à Paris seule défendre le dossier, il y a 3 ans. A l’époque, le dossier n’était pas celui attendu et nous avions dû revoir notre copie.
Depuis, j’ai relâché mes responsabilités au sein de l’AFUP pour me concentrer sur d’autres activités (comme la Game Dev Party, par exemple).
Pour ce PHP Tour, ce qui était amusant pour moi, a été de retrouver tous les « copains » de l’AFUP. Après avoir longtemps été du côté de l’organisation, j’avoue que j’ai savouré ma participation en tant que conférencière.

Banniere PHP Tour 2014 j'y serai, sponsor argent eZ Publish

La veille du PHP Tour avait lieu le repas pour les conférenciers, et par un micmac dans ma mémoire défaillante (c’est pourquoi je note tout tout tout), j’ai pensé que ce repas était le soir du premier jour. Heureusement qu’un tweet de Benoît Lévèque m’a remémoré la date…au dernier moment.

J’ai donc cessé ce que j’étais en train de faire, et suis partie dîner avec les autres conférenciers. Ce soir là, la pression atmosphérique était énorme et la chaleur écrasante. Je suis partie tellement à la hâte que j’ai gardé ma « robe du dimanche », et je ne le regrette pas car elle était bien aérée !

Le dîner fût excellent et la compagnie fort agréable. J’ignore si c’était la chaleur ou le vin, mais j’ai eu l’impression que les conférenciers étaient assez excités d’être à Lyon pour le PHP Tour.

Le lendemain, je revêtais ma tenue « corporate », et, parée de mon joli polo orange eZ Systems, je regagnai la Manufacture des Tabacs. Sur place, j’étais la première parmi mes collègues…qui m’avaient demandé de venir en avance pour leur donner un coup de main ! Après avoir attendu un moment mes collègues farceurs, j’ai visité les lieux. J’ai profité d’un peu de café et de viennoiseries, avant de consulter nonchalamment le programme. C’est alors que je me suis rendue compte que j’avais décalé le repas conférencier dans mon esprit mais également le reste du PHP Tour ! Je pensais faire ma conférence le second jour, et en fait c’était le premier.

Du coup, j’ai passé la journée en étant assez stressée et en tâchant, toutefois, de faire bon accueil aux visiteurs de notre stand. Et malgré mon passif en présentation orale, j’avais énormément d’appréhension avant mon passage. A tel point que je n’ai pas eu le coeur à aller écouter mes pairs, incapable de me concentrer sur ce qu’ils racontaient. J’ai assisté à la Keynote de Rasmus Lerdorf, qui a insisté sur le Faire, et agire pour changer. Sa keynote complétait parfaitement le Mix IT.

Le midi, nous avons pu emprunter le superbe stand Microsoft Azure pour présenter la nouvelle interface Admin.

L’après-midi s’est écoulé entre répétitions et chronométrage de ma conférence, réponses aux questions sur le stand, discussions plus ou moins « business » avec les ex-collègues présents.

Ensuite, vint le moment de ma présentation « Pourquoi la documentation compte ? ». J’étais dans une des petites salles, en fin de journée, avec ma conférence sur la Documentation. Nous étions peu dans ce sauna mais les auditeurs étaient attentifs et valeureux.

Assez tendue au départ, une fois lancée, j’étais concentrée sur les messages et notions que je voulais faire passer, entre retour d’expérience et conseils pour avoir une meilleure documentation. J’avais gardé sous le coude quelques sujets que je n’avais pas abordé dans ma conférence, et au final, les questions ont permis de finir en beauté.
Je décerne la palme  de la question à :

« Va-t-on faire du DDD ? Documentation Driven Development ? »

Ma réponse a été que parfois, si le Product Owner est très très détaillé dans ses Stories, on peut arriver à de la DDD. J’ai par exemple eu la chance de travailler avec @samuel_v2 qui fait partie de ces PO qui décrivent le comportement attendu et écrivent quasiment une documentation par Story pour obtenir ce qu’il pense être le mieux pour le logiciel.

IMG_9595_MD

La soirée sur la péniche au Red House s’est déroulée sans moi, obligations familiales oblige. Et le lendemain matin, un peu moins fraîche que la veille, je regagnai notre stand à la moquette orange pour accueillir les visiteurs, après un shoot de carburant, tout de même.

Cette seconde journée a été plus agréable pour moi, le stress étant retombé. Je me suis offert des tee-shirts « Last Night PHP Saved My Life ». J’ai pu aller écouter quelques conférences sur le Monitoring et la Dette Technique. J’y ai découvert des outils, et des idées. Puis j’ai été attentive aux Lightning Talks, qui sont toujours un exercice amusant à regarder. Le périmètre doit être extrêmement limité de manière à ce que l’auditoire profite des 5 minutes allouées.

Mes collègues, Bertrand Dunogier et André Romcke ont fait un Lightning Talk sur le cache d’eZ Publish Platform. Le sujet est passionnant, riche et le format LT ne permet pas forcément de faire comprendre à un public débutant en eZ Publish les subtilités et les forces du cache.

Cependant, j’espère que vous aurez l’occasion d’en savoir plus sur le sujet lors d’un prochain événement. En attendant, il y a la doc !

Mix IT 2014, jour 2 : la conférence lyonnaise où il fait bon retourner

mixit-bannerJe commence par m’énerver pendant un quart d’heure à tenter d’attacher mon vélo à un pince-roues, mais malgré mes deux antivols différents, aucun n’est assez long pour sécuriser mon vélo, qui finira contre un lampadaire.
Arrivée un peu trop tard, l’atelier que je souhaite suivre est plein. Le temps de me siroter un café avec des brioches aux pépites de chocolat, et de me faire appâter par Michael Schwartz à sa conférence. J’hésite longuement et finis par aller écouter Tristan Nitot. Je n’ai rien découvert de nouveau mais j’apprécie toujours son propos et sa manière de le présenter : posé, clair, cohérent et ouvert à la critique.Ensuite, c’est l’heure du repas, et je déjeune en compagnie de développeurs PHP lyonnais. Ils sont présents même si les conférences sur les technos afférentes à PHP ne sont pas légion.
Après cela, j’hésite, encore une fois, à aller voir la Conférence Alien (non-reliée au monde informatique) de Mr Frigoulette. Mais le manque de batterie me fait regagner la salle où les développeurs réalisent l’application now.mix-it.fr
Ils ont un bugtracker orienté utilisateur où les gens peuvent voter, ils releasent en continu les développements réalisés. Planqués dans une salle du fond, ils ne sont pas très visibles. L’avantage est qu’on est tranquilles pour développer.

◈ Petit design pour une grande humanité

This talk was very inspiring with principles and many examples of design human centered.

– La question du dessein derrière la création est importante
– Observer les gens et les usages, avoir une posture humble, rester à la même hauteur que les gens
– Le plus important est d’observer, le cerveau prototype tout seul des solutions
Plein d’exemples :
– invention des jeux Game and Watch par observation de la position des mains des japonais dans le métro5 clefs pour un design centré sur l’humain
1 : une vie meilleure
2 : le design vient des autres
3 : pensée de l’action
4: vecteur de relations
5 : transformer les comment en pourquoi »Le design est trop important pour le laisser uniquement entre les mains des designers. » – Tim BROWN

◈ NUI

par Vincent Guigui
This talk was exciting, because of the new and geeky side.
* Quel est le moyen le plus efficace et le plus précis si je veux faire un pixel rouge sur un point de mon écran ?
Réponse : CLI car on choisit quel pixel (son emplacement) et la couleur (précise)
* WIMP : Window Icon Menu Pointer
On perd en précision. Dans certains endroits (caisse, aéroport) on a encore du CLI car les utilisateurs sont experts.
Les intérimaires passent par une semaine de formation. Aujourd’hui on a tendance à mettre de plus en plus de tactile.* NUI : pas d’intermédiaire entre utilisateur et objet
ex : meuble Ikea
NUI = je veux un meuble de cette hauteur qui va d’ici à là* On peut envisager :
1/ la veille exploratoire
– Iron Man attire les gens donc + de clients
– pas de produit
2/ Résoudre des problèmes pour l’utilisateur : être pertinent
– utile + efficace + engageant = taux d’adoption de la technologie +++
QOTD : « Elle va être embarquée comme une webcam normale ». Quand je pense que pour moi une webcam est un device que l’on branche en externe, au départ, c’est amusant.* Demain interfaces cérébrales : capteurs directement sur le corps
 Usages des bornes interactives :
– catalogue du magasin quand la boutique est fermée
– preview des vêtements sur le corps directement
– mesure sanitaire sans contact (hôpital, pandémie)* NUI sont plus immersives
ex : je suis gaucher, les menus sont à gauche
ex2 : je fronce les sourcils par fatigue, le contraste et la luminosité s’adaptent* Usages actuels des NUI
– quantified-self / santé / bien-être (chaussettes bébé qui prennent le pouls)
– sécurité (canne d’une personne âgée détecte qu’elle marche plus lentement)
– interaction sociale / humeurs
– contrôle à distance / notifications
Futur ?
+ de naturel dans les UI
+ intégré : immersion, ambiance
+ personnalisation
on va vers une Human UI

◈ Consulting Secrets for Effective Communication

Jeffrey Davidson
slides : https://speakerdeck.com/jeffreygoodreq/consulting-secrets-for-effective-communication
* Manage yourself
1) tell people what your going to do, then do it
2) validate assumptions (ex : delivers on friday, is it 8am or 8pm ?)
3) let people know you are on track to finish
4) if you are going to miss, let people know early
* Meet right
– Are you late at movie ? No.
– Are you late at meeting ? Yes : no value for the meeting
1) prepare your meetings
2) show up for the meeting without phone and laptop
3) write and tell decision « we have decided… » and stick to that decision

Keynotes

Ensuite, il y a eu les Keynotes de fermeture : j’ai live-tweeté mais pas pris de notes.

Celle d’Horacio sur bosser différemment : « Les communautés et le monde IT sous d’autres cieux » d’Horacio Lassey-Assiakoley

D’abord il se confesse :

Et d’ailleurs, il confesse que l’informatique n’est pas LE rêve de la jeunesse togolaise à ce moment où il commence sa carrière :

Il parle un peu de la gestion de communautés et événéments (sur Java, en l’occurrence) au Togo

Il essaie de nous transmettre les conditions de travail d’un développeur togolais.

Et c’est plutôt le stress :

Celle d’Ashe Dryden sur la Diversité dans les développeurs.

Sa grand-mère programmait

Dans des conditions…particulières :

Elle explique les différentes soucis :

Et nous file quelques pistes pour faire évoluer :

 

Encore une fois, le Mix IT, j’aime ça, j’y retournerai et je vous le recommande. Autant pour les conférences que pour les rencontres, et que pour le Off (soirées, apéros).

Mix IT 2014, jour 1 : la conférence lyonnaise où il faut aller

mixit-bannerAssez excitée par l’événement et malgré l’apéro de la veille, j’arrive néanmoins juste à temps pour boire un sacro-saint café avant la Keynote.

La Keynote est le moment de Faire connaissance avec nos voisins de fauteuil, et je tourne la tête pour tomber sur un développeur Clever Age, que j’ai croisé à un mariage récemment (oh, les développeurs deviennent parfois amis dans la vie réelle). Nous parlons durant la minute (timeboxing is not a crime) consacrée, et c’est amusant.
Les présentations en 30 sec (again, timeboxing is not a crime) des conférenciers me permettent de choisir sans avoir à consulter le programme. Evidemment, deux ou trois conférences en parallèle m’intéressent.

Voici mes notes et remarques sur les conférences.

◈ Risk and decisions

par Olav Maassen
visible en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=ezHBgJiBEsw

☞ Règles pour prendre des décisions

  1. les options ont de la valeur
  2. les options expirent
  3. ne vous engagez jamais tôt à moins que vous ne sachiez pourquoi

Olva Maassen nous a dit de reporter (postpone) chaque décision au plus tard possible et de vivre avec les options ouvertes.
Une option est c’est quand on a le choix, et avoir le choix est plus riche qu’avoir une décision prise.

Pour le logiciel le délai est important : le risque de prendre une décision est celui de la réversibilité.

☞ Exemples de bénéfices d’un choix tardif

  1. Wikispeed, la voiture
    Le moteur a pu être choisi tard et être changé à la dernière minute : meilleur moteur dans la voiture.
  2. Brickell Key (Lean Kanban) Award en cristal gravé
    Fabriquer les pavés en cristal prend 6 semaines et les résultats étaient attendus dans les 2 mois, et le comité ne pouvait se réunir que 2 semaines avant la nomination : ils ont fait fabriquer un trophée par nominé et ont détruit les cristaux des perdants.
    La décision a été ajournée, cela a économisé du temps, même si c’était coûteux en argent.

◈ Looking at the future of UI in Sci-Fi

par Vincent Tourraine

Cette conférence a été une revue de copies d’écrans de films, commentées par l’orateur, concernant les interfaces homme-machine. Par exemple, ont été cités :

  • Alien (1979) Mother computer-room
  • Jurassic Park (1993) la représentation des bâtiments
  • Her (2013) l’oreillette

L’aimable Vincent Tourraine vient de publier un billet reprenant sa conférence, c’est fort intéressant de voir tous ses commentaires sur les UI qu’il a dégotté dans les films de science-fiction de plein d’époques.

◈ Visualization

par Mathias Skarin
Slides à télécharger en PDF

☞ We cant trust our brain : nous ne voyons pas tout, des angles morts à l’effet flickr.
Notre cerveau choisit ce qui est important : nous ne remarquons pas les choses sans importance.
L’orateur nous a présenté quelques expériences de type « Awareness test » : des films où les détails changent et on ne remarque rien du tout. Cela m’a rappelé l’expérience avec le meurtre, du genre Cluedo, ce qui me renvoie, encore et toujours…aux Monty Python et leur sketch d’Agatha Christie.

Attention au stress de l’oeil : quand nous avons des signaux conflictuels, le cerveau prend 3 secondes pour décider ce qu’il va stocker.

La soirée a été sobre pour moi, ne pouvant aller sur la péniche avec les autres.

[evenement] Compte-Rendu des JDLL, Lyon

JDLL 2014 logo

JDLL 2014


J’ai participé aux JDLL pour soutenir l’événement et pour donner un coup de main au Hackerspace sur la tenue de leur stand. J’ai même pris la liberté d’assister à quelques conférences.

Voici ce que j’en ai retenu :

  • Blender : création d’objets et impression en 3D

    par Matthieu Dupont de Dinechin

    La présentation a été sur les possibilités. L’exemple qui m’a vraiment plu a été la démonstration d’une interface de Blender créée pour une journée dans un musée. La contrainte était de laisser des enfants imprimer une maison qu’ils auraient créée en 3D. L’idée a été de créer un Paramétreur de maison : nombre de fenêtres, pente du toit, longueur, courbure de la maison, etc. et de laisser chacun personnaliser sa maison.
    Voir le résultat sur : http://chantierlibre.org/2013/10/12/folle-journee-de-larchitecture-2013-53-maquettes-differentes-en-une-journee/

  • Création de jeux video : cadre personnel, pédagogique et parental

    par Sébastien Navarro

    Si on veut s’impliquer dans les jeux vidéo de ses enfants, on peut passer par la co-création de jeu avec eux. Cela a plusieurs avantages : passer un moment avec son enfant, créer et s’approprier un jeu vidéo, et également au niveau pédagogique montrer qu’on peut fabriquer soi-même quelque chose !
    Les questions des mères présentes dans la salle me conduisent à penser qu’un Coding Goûter spécial Mamans devrait voir le jour.

  • Les bases du design et de l’ergonomie pour les développeurs par un développeur

    par Franck Rousseau

    Cette conférence était un peu courte, le sujet méritait qu’on en parle. Cette intervention rappelait les fondamentaux du design, la réflexion sur le contenu : quel impact, quelle quantité, quel disposition étaient les plus adaptés au web. J’ai apprécié les exemples de l’utilité d’une grille sur un vrai site, en réalignant les contenus, la légère différence induite était déjà appréciable.
    Le mot clef du speaker était : alignez vos éléments !

  • Comment enseigner Internet aux enfants et aux adultes

    par Adrian Gaudebert

    Je suis impliquée dans l’enseignement de la programmation aux enfants, et je l’ai été pour les adultes. Et là, on venait nous parler de nos familles qu’on dépanne si souvent, et qui continuent à être un peu embrouillés dans les métaphores. Comment peut-on les aider, en étant informaticiens à prendre confiance et à répandre le savoir autour d’eux ?

  • Associations et logiciels libres

    par Laurent Costy

    Je me suis largement trompée sur cette conférence. J’espérais qu’on me présente un outillage de logiciels libres dédiées aux associations, il s’agissait en réalité d’un parallèle entre les valeurs du libre et les valeurs de l’éducation populaire. C’était intéressant mais pas ce que j’étais venue chercher.

 

12-13 avril 2014, Lyon – Journées Du Logiciel Libre

Cette année encore, j’ai prévu de passer aux JDLL (les Journées Du Logiciel Libre).

Il s’agit d’un week-end consacré aux logiciels libres, avec des conférences, des stands avec des animations, des ateliers et chose à savoir, la buvette est fameuse (si vous aimez la bière). C’est à la Maison des Rancy, comme l’année précédente, un lieu culturel qui accueille des spectacles, des expositions, des conférences et où nous avions fait notre présentation des jeux réalisés durant la GameDevParty Jam #5.

JDLL 2014 banner

 

Pour ma part, j’ai prévu d’aider le Hackerspace à installer leur stand. (J’imagine qu’ils seront dans l’espace DIY – Faites le vous même !) et j’aimerais voir le plus de gens possible découvrir l’impression 3D.

J’ai repéré quelques conférences :

Vous venez, les lyonnais ?

12 octobre 2013, Lyon : DevoXx 4 Kids

Apprenons aux enfants à programmer

La bidouillabilité est importante pour être acteur de nos vies, des objets qui nous entourent. Aujourd’hui, pour de plus en plus d’ados, Internet est un média qu’on consomme : regarder des vidéos, utiliser Facebook pour lire des liens, par exemple. Nous voulons (je parle au nom des orgas de DevoXx 4 Kids) rendre les enfants et ados producteurs de contenus plutôt qu’uniquement consommateurs.

A Lyon, on y fait

Un DevOxx 4 Kids aura lieu à Lyon le 12 octobre : http://www.mix-it.fr/article/57/c-est-la-rentree-apprenons-aux-enfants-a-coder-

1er et 2 juin 2013, Lyon : Week-end imprimante 3D open source

Du 1 au 2 Juin, La Fabrique d’Objets Libres vous invite à découvrir les imprimantes 3D Open Source sous toutes leurs formes.

Un week end consacré à la fabrication de nouvelles machines, à la formation à l’impression3D et à la découverte.

//////////CONFERENCE//////////////////

Samedi 1 Juin 18H / 20H
Conférence ouverte à tous en prix libre

PROGRAMME:

  • Génèse du projet Reprap
    Théophile Thomas (Fabriques d’Objets Libres)
    Bref historique du projet REPRAP, qui consiste à créer des imprimantes 3D Auto-réplicante et Open Source.

 

  • Tour d’horizon des prochaines évolutions de l’impression 3D par dépose de matière.
    Stephane Mor (Fabrique d’Objets Libres)
    On entend souvent dire que l’impression 3D est une révolution sans trop comprendre pourquoi. Stéphane s’arrêtera sur quelques projets qui vont vraiment marquer les esprits.

////////////WORKSHOP 3D/////////////////

Du 1 au 2 Juin 2013 10h-20h

Du modèle 3D à l’objet en “vrai”, un moment convivial pour approcher l’impression 3D.

AU PROGRAMME:

  • Découverte de plusieurs modèles d’imprimantes 3D.
  • Assemblage et calibrage de notre nouvelle Ultimaker.
  • Formation sur les différents logiciels de contrôle ainsi que sur la maintenance machine.
  • Assemblage de votre propre machine (pièces non fournies).
  • Conférence ouverte au public sur l’impression 3D.

Vous pourrez également profiter de cette occasion pour assembler votre propre machine si vous avez les pièces.

De plus nous proposerons une Conférence ouverte à tous, le samedi soir, à partir de 18h afin d’élargir vos connaissances sur l’impression 3D.

MODALITÉS:

  • Réservation obligatoire par mail à fabriquedobjetslibres_a_gmail.com
  • Tarif : 20 euros pour les deux jours
    règlement par chèque ou espèce sur place.
  • Prévoir son repas du midi.
  • Conférence ouverte au public en prix libre
  • Adresse : 13 Rue Girié, 69003 Lyon

Un tour à Mix-IT – jour 1

J’attendais cette conférence depuis un petit moment, ayant raté l’édition de l’année dernière. Cette année, on y a été entre collègues, puisque la moitié de mon équipe (4 personnes) étaient présentes. C’est toujours intéressant d’y aller entre collègues pour partager nos impressions et réflexions à l’issue des conférences.

Particulièrement fatiguée mais tout de même très motivée, j’ai été ravie de découvrir que des petits calepins nous attendaient à l’entrée de Supinfo, ainsi qu’un petit déjeuner avec des viennoiseries, du jus de fruits et du café.
Le Mix IT étant co-organisé par le JUG, je m’attendais donc à du café en quantité.
J’ai live-twitté toutes les conférences auxquelles j’ai assisté, vous retrouverez cela sous mon compte : @sarahhaim

logo de Mix IT

Comme Guillaume EHRET, j’ai voulu manger du ROTI alors j’ai essayé de noter chacune des conférences en faisant un ROTI (Return Of Time Investment) et en reprenant sa grille :

(1) Inutile je n’ai rien gagné rien appris. J’ai vraiment perdu mon temps
(2) Utile mais ça ne valait pas à 100 % le temps que j’y ai passé. J’ai donc perdu du temps
(3) Juste moyen je n’ai pas perdu mon temps sans plus
(4) Bonne au dessus de la moyenne j’ai gagné plus de temps que j’en ai perdu
(5) Excellent ça valait plus que le temps qu’on y a passé

Jouez, apprenez

Après un rapide tour des locaux, c’était déjà l’heure de la Keynote « Jouez apprenez » dans laquelle Christian Martinez nous a rappelé que les animaux utilisent le jeu pour apprendre (transmission des adultes aux enfants, par exemple, les fauves « jouent à se battre »). Christian Martinez a proposé à ses formateurs d’utiliser des jeux de sociétés durant les formations. Les jeux permettent de simuler, d’expérimenter tout en cadrant la prise de risque, puisque le jeu a une fin et fait la plupart du temps appel à un système de personnage (mon personnage en jeu n’est pas moi-même). L’aspect simulation est très intéressant pour recréer des situations rapidement (apprendre la négociation et échanger des ressources) ou sans risques (gérer une entreprise dans un jeu ne me met pas en danger)
Cette intervention m’a beaucoup plu pour des raisons combinées :
– avant j’exerçais le métier de formatrice
– je suis joueuse
– je m’intéresse à toute forme de pédagogie et de transmission du savoir
ROTI : 4

Ensuite les différents conférenciers de la journée nous ont fait une intervention « publicitaire » pour nous attirer à leur conférence. Cela permettait, en plus de nous éclaircir sur leurs intentions, de repérer les intervenants conférenciers directement.

Usinette et Fablab

La matinée ne m’offrait pas de conférence qui me semblait indispensable, alors je suis allée faire un tour du côté du stand Usinette et Fablab. C’était également très intéressant puisque j’ai pu poser des questions sur la RepRap tranquillement pendant qu’ils l’installaient et la mettaient en route. J’ai également à cette occasion rencontré Claude XXX avec qui nous avons pu troller un peu Java/PHP mais surtout nous avons eu des échanges intéressants concernant la gestion de gros et long projets, sur l’architecture en Java, et sur Devops4Kids (on ne se refait pas…) dont une instance devrait voir le jour à Lyon dans le cadre d’une tournée d’un événement.
J’ai également eu le plaisir de rencontrer le président de l’asso Fabrique d’Objets Libres, le FabLab lyonnais, qui m’a confirmé que les travaux du local avançaient bien.
ROTI : 4

Ensuite, j’ai visité le stand d’Objet Direct qui proposait un concours de montage de Lego. Puis j’ai repéré Tasha Carl et Blandine Bourgeois qui préparaient leur intervention publicitaire du lendemain. Ces deux femmes sont développeuses Java de métier et font partie du Developper Program du robot Nao. Il s’agit d’un robot humanoïde d’un mètre de hauteur environ, créé en France par Aldebaran Robotics, et je vous reparlerais de l’intervention de Tasha Carl et Blandine Bourgeois qui a été le dernier atelier du dernier jour dans le prochain billet.

Sandwichs bio et M&M’s

L’heure de manger est arrivée et j’ai apprécié les sandwichs, muffins et fruits offerts par MixIT. Je rappelle que l’entrée de l’événement est 30 euros par jour, alors je trouve ça vraiment super qu’un repas par personne et des collations soient prévues dans ce tarif là.
Après un revigorant pique-nique en compagnie de mes studieux collègues qui étaient allés voir des conférences, eux, l’après-midi a repris avec les Lightnings Talks. Là encore, je salue l’initiative de proposer un cadre d’intervention pour des messages courts et percutants à ceux qui veulent faire passer un message mais n’ont pas de conférence dans leurs cartons.

Deux ans dans le flux

Juste après, j’ai été à ma première conférence de MixIT, pour écouter Olivier Azeau nous faire un REX (retour d’expérience) intitulé « Deux ans dans le flux ». Il s’agissait de nous présenter la solution trouvée par son (ses) équipes de dév pour livrer en temps et en heure leur logiciel. Le cadre de ce logiciel est un développement chez un éditeur, dans le monde de la Santé. Le problème qu’ils ont rencontré a été : « on ne peut pas livrer dans les temps, car notre développement n’est pas terminé. »
Les solutions qu’ils ont trouvées ont été multiples : branche unique, probabilités statistiques sur le planning, par exemple (je pense faire un compte-rendu de cette conférence en particulier).
ROTI : 4

The hitchhikers guide to UXing without a UXer

Cette conférence a été suivie d’une intervention de la dynamique Chrissy Welsh. Le créneau était propice à la torpeur d’une sieste mais Chrissy Welsh a su me captiver durant « The hitchhikers guide to UXing without a UXer » où elle a présenté toutes les choses que vous pouvez faire si vous n’avez pas de professionnel de l’interaction utilisateur sous la main. J’y ai revu les concepts de Personas, de tests à partir de maquettes papier, et même si je n’ai rien découvert, le contenu était agrémenté de blagues et références à Douglas Adams, et Chrissy Welsh a tellement d’énergie qu’elle m’a subjuguée.
Après une courte pause, j’ai suivi mes collègues dans la session de Camille Roux sur « Testez vos idées en quelques heures ! ». Cette session présentait le Lean Canvas à travers l’expérience de Camille Roux sur le projet Human Coders. Cela m’a permis de découvrir cette grille d’analyse qui peut servir à établir un Business Plan prélimaire. Camille Leroux a rappelé l’importance de réfléchir avant d’agir et a donné des tonnes d’idées pour évaluer une idée de projet : en parler autour de soi, sonder les utilisateurs finaux, passer des coups de fil aux concurrents, par exemple.
ROTI : 5

Scrum Metal Jacket

Et pour le dernier créneau de la journée, j’ai commencé par aller à l’intervention de Eric D. et David Larlet sur l’API. En live-twittant la conférence, je me suis retrouvée à voir une photo de la conférence d’à côté, avec laquelle j’avais hésité, et qui finalement répondait plus à mes questions que celle sur l’API. J’ai donc rejoint « Scrum Metal Jacket » pour bénéficier de la fin du REX de la mise en place de Scrum à la Société Générale.
L’équipe se connaissait un peu avant le projet, ils étaient tous prestataires. Ils ont eu la possibilité de travailler en méthodo agile, et ont voulu faire du Scrum « by the book’. Cela n’a pas fonctionné, car toute la société n’était pas impliqué de manière « Scrum » dans le projet. Ils ont donc adapté Scrum à leur environnement. Cela signifie, par exemple, qu’ils ont fait exclusivement du Pair-programming.
ROTI : 4

La soirée s’est ensuivie au Blogg, où j’ai pu retrouver avec plaisir d’anciens collègues pour papoter et avec moins de plaisir attendre mon burger-frites au son d’une musique expérimentale. Le blocage au niveau du service burger-frites aurait pu être une bonne démonstration de l’intérêt de Kanban mais les coachs agiles avaient déjà éclusé trop de bière pour imposer leur savoir.

— retrouvez d’autres compte-rendus et les slides des conférenciers sur le site MixIT

Evenements de mai à Lyon

La Game Dev Party Jam #3 c’est fini pour cette fois ci !

Ce week-end s’est déroulé la 3ème GameDevParty Jam à Lyon. Comme les deux éditions précédentes, elle avait lieu à l’Atelier des Médias, un espace de co-working. Cette édition a été complète rapidement, comme la précédente et c’est 50 participants qui ont passé le week-end enfermé à fabriquer des jeux vidéos.

Affiche de la GDP Jam 3

Pour cette édition, j’ai laissé mes collègues assurer, tandis que je me reposais m’occupais de ma petite famille. J’ai donc suivi l’affaire comme ceux qui n’y étaient pas, de loin via Twitter. Vous pourrez trouver les réactions sur le tag #gdpjam3.

Je suis toujours étonnée de voir combien de personnes sont intéressées pour sacrifier leur week-end à coder, illustrer, réfléchir pour fabriquer un jeu. Cela rejoint quand même beaucoup le DIY et la bidouillabilité (chère à Tristan Nitot). Je crois que le rêve autour du jeu vidéo est également présent, et avoir la capacité d’en fabriquer un soi-même est ultra-satisfaisant.
Dans les commentaires récurrents qu’on entend, durant et après, les Jams, je note « j’avais envie depuis longtemps, mais je ne savais pas comment m’y prendre », et à égalité, le commentaire « j’ai toujours eu ce projet de faire un jeu vidéo, mais jamais eu le temps ». Et c’était d’ailleurs notre motto à Speedyop et moi-même en créant cet événement : donner un lieu et un temps dédié à tous ceux qui ont envie de fabriquer un jeu vidéo.

1 week-end. 50 passionés. 12 pitchs. 8 jeux. 100 cernes. 2T de bonheur. C'est officiel la #GDPJam3 a été une réussite.

Maintenant, sur cette édition, je ne ressens pas la fatigue inhérente au rythme intense et j’espère pouvoir donner un coup de main dans le tri des photos et l’organisation du Debrief à mes collègues fatigués (mais heureux).

Agile Innovation 2012 session printemps Lyon

Dans la continuité d’Agile Innovation Grenoble 2011, Agile Innovation vous propose en 2012 deux sessions Open Space pour échanger entre experts autour des méthodes Agiles et du Lean : une au printemps à Lyon et une à l’automne à Grenoble.

Agile Innovation, c’est un espace dédié aux experts de l’agilité, où tout sera mis en œuvre pour faciliter les échanges entre les participants afin de leur permettre de parfaire leurs connaissances pratiques ou théoriques.

Les inscriptions de la session de juin à Lyon sont ouvertes sur le site officiel : www.agileinnovation.fr