Vendredÿ: un peu de LSF, le kilo-girl et PHP est très vieux

Disclaimer: j’ai emprunté ce terme de Vendredÿ chez Alsacreations.

Pour moi, il s’agit d’une veille des choses qui m’ont faite rire, étonnée et interpellée. Je l’envoie par e-mail chaque semaine à mes collègues, et je me suis dit « Pourquoi ne pas en faire profiter tout le monde ? »

Publicité

Vendredÿ: cœurs sur vous, LSF, crabe et anglais

Disclaimer: j’ai emprunté ce terme de Vendredÿ chez Alsacreations.

Pour moi, il s’agit d’une veille des choses qui m’ont faite rire, étonnée et interpellée. Je l’envoie par e-mail chaque semaine à mes collègues, et je me suis dit « Pourquoi ne pas en faire profiter tout le monde ? »

Vendredÿ : mise à jour de voiture, record de feuilles de calculs et 2e aux Jeux Olympiques

Disclaimer: j’ai emprunté ce terme de Vendredÿ chez Alsacreations.

Pour moi, il s’agit d’une veille des choses qui m’ont faite rire, étonnée et interpellée. Je l’envoie par e-mail chaque semaine à mes collègues, et je me suis dit « Pourquoi ne pas en faire profiter tout le monde ? »

[talk] Sans documentation, la fonctionnalité n’existe pas !

Voici la vidéo, les slides et surtout les liens complémentaires de la conférence que j’ai eu l’honneur d’animer au PHP Tour 2018 à Montpellier. J’avais intitulé ma session Sans documentation, la fonctionnalité n’existe pas ! et le titre avait déjà amené beaucoup de débats avec mes pairs. Je vous laisse donc m’écouter, me lire et, si le sujet vous intéresse, approfondir la question par vous-même.

La vidéo de la session

Les slides de « Sans documentation, la fonctionnalité n’existe pas »

J’ai pris soin de garder les animations, c’est pourquoi vous avez un grand nombre de diapos : quand il y a deux versions, c’est que j’ai gardé les versions avant et après l’animation.

Les liens complémentaires

Durant ma présentation, je cite des outils ou je référence le travail d’autres personnes, voici les liens complémentaires.

 

[lien] 9 astuces pour manager sans moyens

http://lentreprise.lexpress.fr/gerer-une-equipe/motivation-en-entreprise-neuf-astuces-pour-manager-sans-moyens_41382.html

J’ai recopié le contenu, car j’avais peur que la lecture de cet article ne soit plus possible au bout d’un moment.

Par Marie-Madeleine Sève, pour LEntreprise.com, publié le 10/06/2013 à 06:00

Neuf astuces pour motiver son équipe sans moyens
Comment insuffler du peps à son équipe quand les enveloppes salariales se réduisent comme peau de chagrin ? En faisant preuve de créativité. Les pistes de Yvon Berl, coach de dirigeants chez Zathinoé.

Pour motiver votre équipe en période de caches maigres, engagez-la à créer un environnement convivial. C’est ce plus qui frappe le visiteur chez Apple, Google et dans maintes start-up !
istock
Pour booster l’implication de chacun, au quotidien le manager peut intervenir par petites touches grâce à des actions simples et efficaces. Et, dans une période de vaches maigres, rendre la carotte financière  » accessoire  » au regard du respect accordé à autrui et de la qualité de vie au travail. Deux leviers puissants de motivation qui ne doivent pas pour autant être un substitut à de réelles perspectives de carrières. Voici neuf idées pour pimenter l’ordinaire.

1. Enjoliver le décor
Engagez vos troupes à créer un environnement convivial. C’est ce plus qui frappe le visiteur chez Apple, Google et dans maintes start-up ! Sans pour autant tout vouloir révolutionner – les services généraux risquent de vous freiner -, vous pouvez néanmoins jouer sur l’ordre, l’agencement des lieux et la luminosité du bureau. Proposez d’afficher des posters selon un thème fédérateur, d’installer des plantes vertes, etc. Variez ce cadre agréable à chaque saison, vous redynamiserez le collectif.

2. Réchauffer l’ambiance
La réunion croissants du lundi matin, les pauses chouquettes de 16 heures, les pots surprise célébrant les anniversaires, le déjeuner de groupe trimestriel… Faire des rituels ou des impromptus festifs réveille l’équipe. C’est classique, mais ça marche. Profitez de la fête de la musique le 21 juin pour imaginer un temps fort dans le service !

3. Adopter l’autodérision
« Il me semble qu’il faut faire ainsi, mais je suis un peu has been, si quelqu’un a une meilleure idée…. » Ne pas se prendre au sérieux, c’est dérider l’entourage. Mais c’est aussi savoir écouter l’autre, entendre son point de vue et donc le prendre en considération.

4. Lâcher la bride
Les individus – surtout les plus jeunes – ont soif de liberté, de souplesse. Responsabilisez-les sur leur job, quitte à écorner les procédures de contrôle. Aménagez les emplois du temps à la carte. Le collaborateur à qui vous faites confiance en donnera plus. S’il a fini sa tâche avant l’heure,  » poussez-le  » à partir. Comme l’a décidé il y a peu cette responsable RH d’une compagnie d’assurance. Quelques jours plus tard son co-équipier reconnaissant est resté de lui-même jusqu’à minuit pour débrouiller une affaire urgente. Plus le geste sera personnalisé plus il sera motivant.

5. Tenir ses engagements
Ce qui est dit est dit. Vous devez respecter votre parole et vous montrer exemplaire sur les règles internes de l’entité ou de l’entreprise. Alors ne retenez-pas votre bras droit ou votre assistant(e) au-delà de l’horaire usuel…

6. Confier des mini-missions valorisantes
Sortez votre collaborateur de sa routine. Offrez-lui des tâches spécifiques qui l’intéressent. Il s’investira davantage sur une action passionnante que sur un travail lambda avec une prime à la clef. Déléguez-lui la répartition du travail sur le projet Z, demandez lui d’exposer en public le Powerpoint qu’il a ficelé pour vous, invitez-le à animer une réunion. Ces situations présentent un triple avantage. 1/ Elles le placent dans la lumière. 2/ Elles lui permettent de prouver ce qu’il est capable de faire. 3/ Elles augmentent ses compétences.

7. Partager les côtés sympas de son job
Etre chef comporte des privilèges. Pourquoi ne pas en faire profiter l’équipe ? Partir à un congrès au soleil en Grèce, aller à un repas d’affaires dans un hôtel prestigieux, représenter l’entreprise dans un gala, à l’Opéra ou dans un cocktail avec des huiles peut faire plaisir à l’un ou l’autre. Dites-lui alors qu’il sera parfait à votre place. Sacrifiez-vous un peu, c’est pour la bonne cause.

8. Complimenter
Les félicitations restent un vigoureux dopant, en particulier pour les personnalités narcissiques ou celles rongées par le doute. Manifestez-vous en public, le salarié se défoncera davantage de peur de décevoir. Veillez toutefois à bien circonstancier votre « bravo ». Que ce soit à la cantonade ou par mail, signalez-le jour, l’action et les résultats précis que vous encensez afin qu’il reste vigilant sur le reste.

9. Susciter la reconnaissance des pairs
Les satisfécits peuvent être indirects. Un collaborateur qui a gagné un contrat ardu, dépanné sur un dossier, sauvé la mise à un collègue peut être mis à l’honneur dans le journal interne, une note circulaire, un discours etc. Chez EADS il y a ainsi un « Hall of Fame » (mur des célébrités) pour distinguer les plus méritants. A vous de pousser la candidature de vos ouailles.

En savoir plus sur http://lentreprise.lexpress.fr/gerer-une-equipe/motivation-en-entreprise-neuf-astuces-pour-manager-sans-moyens_41382.html#RABDlek8jOGI02Lq.99

Sketch Note & visual thinking : l’astuce des mémoires visuelles

Vous vous souvenez quand vous gribouilliez dans les marges de votre cahier ? C’est désormais valorisé à un niveau professionnel.

Porc USB par crayonquigrince

Qui n’a jamais fait la blague du Porc USB ?

Il faut dire que les infographies sont de plus en plus présentes pour représenter des données abstraites pour notre simple esprit mortel (big data, coucou). Du coup, l’étape suivante pour stimuler notre intellect est d’illustrer nos notes. On commence par quelques schémas rapides pour arriver bientôt à un niveau d’interprétation qui concurrence les meilleurs graffitis urbains.

sketch note intitulée

« What are Sketch Note » en sketch note : récursion ?

Bref, il s’agit d’utiliser l’espace, l’illustration, la typographie, les couleurs, les symboles pour enrichir le sens de vos prises de notes. Cela me touche énormément car j’ai toujours gribouillé dans mes marges. J’ai d’ailleurs conservé toutes mes notes illustrées de cours, en jetant celles qui ne l’étaient pas, c’est pour dire. Si j’ai le courage de faire de l’archéologie, j’en scannerais, je pense. Il faut avouer que parfois je n’illustrais pas le cours, et je divaguais. Les informations et conseils que j’ai trouvé les plus intéressants pour le moment ont été :

  • Sketchnoting 101 : How to create awesome visual notes Où on nous explique de s’initier au brouillon à dessiner quelques symboles d’abord, ensuite de jouer sur la typograhie et enfin de réfléchir l’espace en fonction du temps, particulièrement quand on prend note d’une conférence.
  • S’initier au sketchnoting par l’annotation créative  L’idée d’ajouter une marge de 10cm à la gauche d’un texte pour prendre en main les annotations dessinées me semble simple et pertinente. Je fais très souvent des marges pour annoter mes notes, et c’est du tonnerre. Ajoutez la dimension ludique du découpage-collage-dessin, et c’est appétissant. Notez la tentative d’utiliser Croquinote, néologisme aux accents canadiens, qui vous donnera plein de résultats de recherche en français.
  • Cette image qui résume le principe : https://www.flickr.com/photos/laurensbonnema/8485382369/

edit : J’oubliais un conseil très important. Le plus dur, c’est de s’y mettre. Donc commencez, quelle que soit la qualité de votre première production, quel que soit votre talent. Ayez confiance, on s’améliore.

[+ d’exemples]

Sur l’argent roi dans la politique américaine, et un super site web animé

Faisant des recherches pour implémenter du scroll avec AngularJS, je tombe sur ce magnifique site Money wins Elections. : on scrolle pour connaître la suite, et les diagrammes animés complètent le débat. C’est Tony Chu dans le cadre d’un projet scolaire pour son école d’arts qui a réalisé ce site.

De retour du FOSDEM 2012

Le week-end passé, j’étais à Bruxelles, pour le FOSDEM (Free and Open Source Developers European Meeting). Rappelons que cet événement est gratuit et libre d’accès. Le FOSDEM a lieu sur un campus universitaire et rassemble depuis plus de 10 ans des développeurs et assimilés pour les faire échanger. L’an dernier, il y a eu 4000 visiteurs, qui sont venus pour assister à des conférences, des ateliers, passer des certifications Linux (LPI) ou certifier leurs clefs PGP.

logo FOSDEM

Cette année, un nouveau bâtiment a été investi, dédié aux stands de projets OpenSource, il y avait 2 bars et 3 friteries pour se restaurer. L’an dernier, j’avais passé mon tour, l’année précédente, ma boîte de vitesse avait passé son tour (biélette qui lache) et mon précédent FOSDEM remontait à il y a déjà 3 ans.

Le trajet pour y aller a été épique, car notre voiture de location n’était ni équipée de pneus neige, ni fournie avec des chaînes ou chaussettes. Je remercie Grincheux de sa passion pour le pilotage en conditions difficiles, qui nous a menés à bon port, malgré la fatigue, les « ilôts » et les « risques de file » typiquement belges. En effet, avec 5cm de neige qui tient tombés en 2h de temps, l’arrivée à Bruxelles a été épique. (Pour vous donner une idée, notre véhicule driftait au lieu d’aller tout droit, et nous avons bien eu peur de nous payer une collision avec le trottoir ou un autre véhicule, dans une petite ville, et de retour sur autoroute, un camion patinait et reculait dans la pente au lieu d’avancer, tant il glissait, assez impressionnant).

Une fois sur place, nous avons donné un coup de main aux Volunteers. Cela donne droit à un joli tee-shirt orange vif, des missions de la plus haute importance (j’ai accroché des banderoles, porté des valises, guidé un nombre innombrable de visiteurs à travers le campus) et vous répondez sans cesse à des questions car tout le monde vous interpelle.

Il faut avouer qu’en échange, vous avez droit à du café à volonté, un bon pour vous gaver de frites le midi et que les gens sont aimables avec vous (on m’a laissé passer dans la file à la caféteria).

Je n’ai suivi que trois conférences, la keynote de bienvenue et deux tracks de la salle Open Source Game Development. C’était bien intéressant, et voici le résumé :

  • Composition over inheritance
  • Refactoring needs time, more time
  • et j’y ai découvert deux choses :
    • WorldForge the original open-source MMORPG project, dating back to 1997
    • Unknown Horizons : an open source real-time economy simulation game with strategy elements in an isometric 2D engine

En fait, cet événement est assez énorme, des contributeurs de vos projets préférés y sont présents, certains sont même sur des stands. Sur les stands, vous pouvez acheter des goodies (mugs, tee-shirt) ou des livres, ou tout simplement, poser des questions. Les conférenciers vont de simple passionnés à des experts dans leur domaine, voire des stars du monde libre. Les lightning talks permettent de découvrir des projets rapidement ; le bar permet de laisser traîner ses oreilles et nouer des échanges avec des développeurs de tous horizons.

Et si vous êtes timide, la veille au soir (le vendredi soir) vous pouvez aller tâter le terrain au Beer Event avec un choix de 25 sortes de bières pression, et le reste en bouteilles.

edit : Julia Buchner vous explique quel équipement emporter.

Alors, l’an prochain, vous y allez aussi ?

La Game Dev Party a un logo (et une affiche)

Le dernier week-end de juin (24-25-26), que faites vous ?

Moi, je vais à la Game Dev Party, regarder les gens bosser (et leur servir du café, en gros).

le logo tout chaud de la Game Dev Party

Surtout que depuis qu’un gentil graphiste nous a concocté un logo qui poutre et une affiche sexy, je vous vois déjà nous rejoindre pour fabriquer un prototype de jeu tout le week-end. Franchement, vous qui êtes codeur, graphiste ou concepteur, n’avez-vous pas une idée qui vous gratouille le cerveau ?

l'affiche de la Game Dev PartyC’est gratuit, et pour s’inscrire, envoyez un e-mail à gamedevparty@gmail.com !

L’avenir de PHP : mon avis chez Mageekbox

Derrière Mageekbox, se cache mageekguy, un geek donc, qui aime bien la technique.
Mascotte mageekguyLes remous autour de PHP 6 et de son abandon l’ont interpellé, au point qu’il publie des billets sur les évolutions de PHP qui s’intitulent : « Mort de PHP 6 + 100 jours » tous les 10 jours. Sinon, mageekguy est fort aimable, puisqu’il invite des noms prestigieux de la communauté PHP à s’exprimer sur l’avenir de PHP. Vous avez déjà pu lire : Nicolas Perriault, Cyril Pierre de Geyer, Jean-Marc Fontaine, et j’en passe.
A ce moment là, je me rengorge, puisque la dernière interview parue, c’est la mienne.

interview chez mageekblog

Retrouvez donc mes propos sur PHP et son futur sur le Mageekblog, que je remercie grandement.

Nouveau site pour l’AFUP

Ce samedi avait lieu l’Assemblée Générale de l’AFUP, dont j’ai été secrétaire les deux dernières années. En acceptant ce poste, j’avais aussi un projet : mener la refonte du site web de l’AFUP.

logo AFUP Traditionnellement, l’AG a lieu un samedi soir et la journée est consacrée à faire évoluer nos outils. L’AFUP a beaucoup de membres développeurs PHP, architectes ou chefs de projets, les pointures françaises en PHP sont membres de l’AFUP.
Tous sont bien occupés, et nous avons toujours du mal à faire coder les membres, si brillants soient-ils. Cette journée de développement qui précède l’AG est un événement convivial et satisfaisant, puisque les features développées à ce moment là seront utilisées réellement.

Ce nouveau site AFUP est enfin en ligne !

homepage du nouveau site AFUP

réalisée grâce à http://www.easy-thumb.net

Perrick Penet, pugnace , a motivé les troupes, trouvé la bonne personne pour le design : Martin Blum de Blumbyte qui nous a livré la maquette graphique, il y a un an de cela, pour l’AG 2009. Je crois que tous deux sont parmi les personnes les plus satisfaites de voir, enfin, ce site en production.

Mise en avant des produits AFUP

Le nouveau site profite du nouveau logo AFUP, qui n’a plus le relief daté du premier logo (ci-contre, à droite). Ancien logo AFUPNous avons voulu mettre en avant les 4 produits de l’association :

  • le livre blanc
  • PHP TV
  • le Forum PHP
  • l’annuaire des prestataires.

Certains de ces produits sont en refonte également, mais nous avons préféré lancer le site web, plutôt que d’attendre la fin de l’actualisation du livre blanc, par exemple.

Recentrage sur la mission de l’AFUP

Nous avons aussi voulu cibler les professsionels en mettant bien en avant les retours d’expériences, et l’annuaire des prestataires.
Les parties plutôt dédiées aux membres sont présentes mais plus discrètes. Et le pied de page reprend les dernières actualités (milieu) et la FAQ.
Vous noterez que tout le contenu du site était déjà disponible sur l’ancienne version, mais organisé dans tellement de sous-rubriques, qu’il était parfois difficile à trouver.

Homepage de l'ancien site web AFUP

l'ancienne page d'accueil (http://web.archive.org)

Simplification technique

Le nouveau site a été le sujet de nombreux débats, qui se sont soldés comme se terminent tous les débats d’associations : le groupe de travail qui s’y colle prend les décisions qui lui conviennent pour avancer.
L’ancien site web AFUP était basé sur un moteur SPIP, ce qui nous valait de belles URLs avec .php3 dans le nom des fichiers. C’est toujours très chic, comme vous pouvez l’imaginer. De plus, les rédacteurs de news devaient être formés à l’outil de rédaction de SPIP avant de pouvoir publier leurs news. Cette solution avait été choisie, à un moment où SPIP était en vogue, pour ne pas « ré-inventer la roue » et refaire inutilement un CMS spécial AFUP.

L’idée de ne pas ré-inventer la roue, et de juste mettre à jour SPIP nous a effleuré, mais nous avons finalement choisi une solution framework. Ceux qui font du PHP depuis longtemps savent qu’il existe plein de frameworks, qu’il y a des modes dans le développement.

Le mode de mise à jour des fonctionnalités du site (annuel et par des bénévoles qui ne seront jamais les mêmes) nous obligeait à choisir un outil avec le moins de pré-requis possibles. Le site est fait avec un des frameworks les plus efficaces et simples à appréhender : CakePHP.

Ce qui reste à mettre au point

La reprise du contenu a été redoutablement efficace (contenu qui était stockée, rubriques et articles) dans une base de données créée par SPIP, mais il reste quelques soucis de présentation. Comme nos templates sont du simple HTML, tout devrait rentrer dans l’ordre assez vite.

Le site est hébergé chez AlterWay Hosting, et notre compte ne nous permet pas d’avoir la main sur nos .htaccess, autrement dit, la ré-écriture d’URLs doit attendre validation de notre hébergeur.

Mon papa à moi….

c’est un matheux…(et non pas un gangster).
Bref, aucun rapport avec le PHP, ni même avec l’informatique. Mais voilà qu’il publie des articles sur le Net, et sur un site du Louvre encore en plus.

Si vous aimez l’histoire, les merveilles et les mathématiques, vous pouvez bien aller lire cette « Enquête sur une tablette mathématique  »

cette tablette donne pour le rapport diagonale/coté du carré une valeur exceptionnellement précise. Le travail mathématique consiste à évaluer cette précision. Son résultat est que la valeur indiquée par la tablette est la meilleure valeur possible avec quatre chiffres significatifs.