La keynote Mix IT édition 2016 (compte-rendu)

Ce n’était pas la première fois que je participais à Mix IT, et j’espère que ce ne sera pas la dernière. Il s’agit de deux jours de conférence, à Lyon, sur des sujets autour de l’informatique : technique et pratiques, notamment agiles. C’est en général passionnant parce que les sessions sont variées et les orateurs viennent d’horizons très différents.

mixit-banner

J’ai poussé fort pour que dans mon entreprise, on envoie des salariés à cet événement, et ça a été possible.

Ce qui me plaît dans Mix IT est aussi le démarrage de journée, tous les orateurs viennent pitcher leur session en 30 secondes, pour donner envie. Parfois, même moi qui a fait mon programme à l’avance, je change d’idée et je vais voir une session qui ne m’avait pas attirée sur le planning.

Keynote : agilité et pédagogie

Chrisian DEN HARTIGH

La Keynote de démarrage frappe fort. Un enseignant de collège, nous fait un REX sur ses pratiques agiles en classe.

Les bureaux des élèves sont en rond autour de tables supportant la documentation (dictionnaires et ouvrages de référence). Du coup, ils sont tous au premier rang. Difficile de sa planquer dans cette configuration. Pour d’autres phases de travail, les tables sont changées de place, et ce sont des ilôts pour encourager le travail en petit groupe.
Sur les groupes et dynamiques de groupe, il nous explique l’holarchie. Les élèves sont par classe d’âge, sans plus d’affinité que cela.

L’enseignant déplore qu’il a 100 nouveaux élèves chaque année et aucun retour sur ses pratiques. Il ne fait partie de leur vie scolaire qu’une seule année.

Ce qui m’a interpellée :

  • Tous les 15 sujets de rédaction de l’année sont donnés au début de l’année (ex : repas qui se termine mal). Les élèves préparent leur rédaction à la maison, en suivant un modèle (la double molécule) quant au déroulement de leur histoire. En réalité, s’ils n’ont rien préparé, ce n’est pas non plus un handicap. Puis en classe, ils échangent entre eux car les individus et interactions sont plus importants que les outils (hoho, l’avez vous vu le Agile Manifesto ?). Ensuite ils écrivent leur rédaction.
  • Les élèves ont des fiches d’auto-évaluation et choisissent sur quoi ils veulent s’améliorer.
  • Le papier de la colère : feuille identifiée comme « le papier de la colère » à froisser violemment en cas de colère.
  • Le smiley « doigt sur la bouche » à poser devant l’élève trop bruyant (chut).
  • Pour tous les travaux notés, les élèves ont accès à beaucoup de documentation.
  • Certains exercices ont une double réponse : une fois faits par l’élève, une fois fait avec des dés. Par ex, un exercice de grammaire avec les terminaisons -é -er et -és à placer est réalisé en deux colonnes. L’élève remplit avec son savoir, puis en suivant le dé.
  • Le Kanban en classe. Hé oui, la visualisation de ce qui est en-cours et de ce qui reste à faire est très puissante.

La citation

« J’ai deux moyens de communication, digital et numérique. »

En savoir +

https://pedagogieagile.com

Ensuite, je suis restée assise. Bon j’étais un peu soufflée, il faut bien le dire. Et la conférence suivante toujours dans le cadre de la keynote était fort intéressante.

La confiance en soi, ça ne sert à rien

Laure JOUTEAU

Laure Jouteau nous explique qu’en fait, pour changer de voie, ou se lancer dans quelque chose de nouveau, la confiance en soi n’est d’aucune utilité.

Inutile donc de rester paralysé par le conformisme, ou d’essayer de se rassurer en cherchant des bonnes raisons de se lancer.

Ce qui m’a interpellée :

  • Défi : faites LA chose que vous ne faites pas parce que vous n’osez pas, faites le pour vous, par pur égoïsme
  • On essaie toujours de rationnaliser par une idée de génie, un vocation alors qu’il faut une autorisation de se planter
  • La nouveauté est toujours assortie de trouille et c’est ok.

La citation

« On n’est pas la bonne personne pour réaliser ses rêves, on devient cette personne en le faisant. »

En savoir +

La vidéo de la conférence

Le texte du talk « La confiance en soi ça ne sert à rien »

 

Publicité

YAP : créez vos applications Yahoo!

Mercredi soir, j’ai assisté à une présentation de YAP : Yahoo! Application Platform.

Pour résumer, vous connaissez les applications Facebook ? Ou les Widgets d’Opera ?
C’est le même principe, vous créez des applications pour les utilisateurs Yahoo!

Yahoo App Platform logo

Ce que vous ferez, utilitaire, inutilitaire, jeu ou portage d’une application n’est pas le propos, pour le moment, il s’agit de la plate-forme qui vous permet de réaliser une application.

Voici une présentation succinte de ce que j’ai compris hier soir, je n’ai pas encore eu l’occasion de tester en créant mon application, soyez indulgents avec les coquilles potentielles.

Quel est le principe ?

Pour le moment, il n’y a pas encore de Gallery ou de catalogue des Y!Apps, cela reste donc un peu confidentiel (bien que Yahoo! communique dessus depuis octobre 2008 comme en témoigne ce billet chez Fred Cavazza).
Les utilisateurs de Yahoo! (e-mail, groupes, news, etc.) pourront ajouter à leur page leurs applications – on reste sur le même modèle que Facebook pour le coup. Cela comprend aussi ceux qui bénéficient de la Yahoo! Toolbar dans leur navigateur.

Les applications sont cachés sur les serveurs de Yahoo! pour éviter d’impacter sur votre charge serveur, mais surtout pour ne pas dépendre de vos performances.
De plus, les applications passent par Caja[1], qui ne laisse pas les mauvaises pratiques passer (HTML, CSS et Javascript) pour augmenter la qualité des applications et surtout la sécurité pour les utilisateurs.

Quelles technos ?

Vous pouvez très bien utiliser la stack LAMP + du Javascript pour votre application, vous pouvez aussi utiliser le YML (Yahoo! Markup Language) pour coder votre application.
Les SDK habituels sont également utilisables.

Quelles contraintes ?

Les applications sont dans une iframe, vous ne pourrez donc pas accéder au ou au de l’application.

Comment faire son application ?

En gros, vous créez votre application, soit en PHP chez vous, soit uniquement via le YML, vous la testez sur la plate-forme, et vous la soumettez à l’assurance qualité qui la validera.
Voilà pour le workflow !

Un très bon exemple de conception d’application est présenté…sur le blog de Yahoo! Developer Network : si vous voulez suivre cela de plus près, consultez le portage de Whaddyathink de MySpace à YAP.

Pour les spécs détaillées, la documentation est riche, donc je vous invite à la consulter (ou RTFM). Voici les quelques informations supplémentaires que j’ai glané hier soir.

Référencer son application

Même si le catalogue n’est pas encore en activité, pour que votre application soit trouvable, il vaut mieux remplir tous les champs de description.
Notamment le champ langue, par exemple.

YML ou application PHP ?

Le PHP vous permettra d’être plus fin sur le traitement de ressources externes, mais le YML vous permettra, malgré ses limites pour une application complète, de gérer les inclusions d’Ajax.

Charge sur les images

Christian Hellman nous conseille de positionner les images sur Flickr pour bénéficier de la performance de ce service.

Bref, je vais explorer un peu plus avant cette techno et ses possibilités pour vous faire un compte-rendu.

[1] : Je prépare aussi un article sur Caja

Aller à des supers conférences gratuitement

En ce moment, nous sommes en plein dans les préparations de salons, Solutions Linux, qui fête ses 10 ans cette année, (l’appel à conférenciers est prolongé jusqu’au 12 octobre, en passant), le forum PHP de l’AFUP, PHPQuébec se prépare aussi, et encore, je ne compte pas les nombreux autres salons du moment

Vous avez bien envie d’aller partout, pour tout savoir, mais votre budget est limité ? Voici les moyens pour assister gratuitement à des super conférences

Inspiré de 6 Ways to Attend Awesome Conferences for Free

  1. Donnez un coup de main

    C’est le moyen le plus simple, à mon avis, car sur beaucoup d’événements, une aide sera appréciée. Cependant, faites attention : les événements de grande ampleur, à visée professionnelle, font appel à des sociétés de services pour l’accueil, la logistique ou la restauration.
    Vous aurez des meilleures chances en demandant à des structures participantes, qui tiennent des stands, ou à l’organisateur de l’événement si c’est une association.
    Sinon, vous n’avez plus qu’à vous faire embaucher par les sociétés de services du salon !

  2. Demandez une réduction

    Parfois, il ne faut pas chercher midi à quatorze heures, et tout simplement demander la possibilité d’une réduction, notamment si vous vous déplacez pour aller à l’événement.
    Pour le forum PHP, par exemple, il est plus économique d’être membre de l’AFUP pour participer. Nous avons fait en sorte que la cotisation ajoutée au prix du salon soit moindre que le prix du salon pour un visiteur non-membre.

  3. Soyez conférencier

    Pour moi, c’est le moyen le plus sympathique, car il vous donne un accès « backstage »,  vous êtes en contact avec les autres conférenciers,  avec des membres de l’organisation. De plus les gens viennent vous parler, car ils vous ont identifié plus facilement.
    Ne vous leurrez pas, cela demande du travail, puisque vous devez présenter un projet de conférence dans votre domaine d’expertise, et si vous avez déjà publié des articles ou livres, c’est un avantage ; ensuite, il vous faut préparer réellement votre intervention, et une heure de conférence demande un jour de préparation.

  4. Demandez à votre chef de vous y envoyer

    Quand le sujet est en rapport avec votre travail, et quand les dates correspondent, et quand…bref, plusieurs paramètres doivent être réunis, pour utiliser cette technique. Mais si vous ne demandez pas, vous ne saurez pas.
    Voici une astuce supplémentaire  : vous pouvez faire passer en budget formation votre participation à une conférence, dans certains cas.

  5. Participez à des concours

    Si vous avez très envie d’aller sur place, suivez l’actualité de l’événement jusqu’au dernier moment. Sur les blogs qui en parlent, que ce soit les organisateurs de l’événement ou les sponsors, vous trouverez souvent des entrées à gagner par concours.
    Parfois ce sont des simples concours de rapidité : le premier qui répond obtient une place, la difficulté ne réside pas dans vos connaissances ou votre production !

  6. Faites un reportage dessus

    Là aussi, c’est un moyen intéressant de participer à un salon, puisque vous avez un prétexte pour aborder tous ceux qui sont dans le salon. Bien entendu, la contrainte est de trouver le média (presse, TV, radio, …) qui vous envoie.
    Pensez que vous pouvez venir avec votre caméra et microphone, faire un reportage et le proposer ensuite à des médias. Le travail implique tout de même d’avoir les compétences techniques nécessaires pour obtenir une qualité suffisante pour intéresser un média.

Compte-Rendu « AddBlock Plus » – Mozilla Add-On Workshop

Speaker : Wladmir Palant, créateur d’AddBlock Plus

Mon avis

Très bonne conférence. Wladimir avait l’air impressionné par cette foule venu l’écouter. Il a combattu son stress pour développer tous ses conseils sur, non-pas le développement d’extension d’un point de vue technique, mais d’un point de vue humain.
Wladimir a abordé des points hyper intéressants comme gérer l’évolution dans le temps de son extension (le suivi à travers les différentes versions de Firefox, l’ajout de nouvelles fonctionnalités), ou encore comment choisir les nouvelles features à ajouter (comment déterminer celles qui apportent vraiment quelque chose).

Voici mes quelques notes, mais les slides sont en ligne

Comment une extension devient populaire ?
– chance
– bonne idée
– appui sur la communauté

– Chance et bonne idée == incontrôlables
– Appui sur la communauté :
– intérêt :
– marketing
– participation aux tests
– Les écueils :
– Très intéressant sur UI des extensions : choix à faire
– ce n’est pas celui qui parle le + fort qui a raison
– les meilleurs contributeurs sont en fait des gros geek, souvent early-adopters, ils aiment avoir 200 options : ils ne représentent pas du tout la majorité
En fait, s’il faut modifier les options pour que l’extension fonctionne, c’est une mauvaise extension.
– Localisation des extensions, question à se poser avant la traduction, bien tester les trad. Fournir un lexique aux traducteurs pour éviter ambiguité des termes.

Compte-Rendu « Ma Première Extension/Mon Premier XULRunner »

Conférence animée par Paul Rouget

Voilà mon avis :

Intervention extrêmement intéressante de Paul Rouget, qui maîtrise manifestement « Ma première extension pour les Nuls ».
La session nous a permis d’examiner une extension (gestionnaire de Todo Liste) assez riche pour toucher à tous les concepts : une fenêtre, un dialogue et un overlay, par exemple.
On a examiné les principales caractéristiques des fichiers qui composent l’extension, on a eu droit à des astuces de développement. Tout comme, on a eu des précisions sur les CSS adaptées aux extensions.
On sentait le conférencier à l’aise, et ouvert aux questions, mais j’ai regretté qu’on soit pressés par le temps, qui aurait permis d’aller en profondeur sur le codage,

Q : enregistrement dans les prefs.js, où ça se fait dans une appli XUL Runner ?

Q : fichier différent : application.ini
Paul : fichier hyper simple

Q : XPCom ./. Prism
Paul : Prism est une application Gecko

Q : Qu’est-ce qu’on peut faire de Prism ?
Paul : on n’a pas de conf. Prism est un FF sans tout le bazar autour. L’idée est d’avoir une application HTML : ex icône de Facebook pour n’afficher que ce site.
Prism propose un ensemble de méthodes javascript auxquelles on a accès depuis la page web.

Q : Prism est en train de casser la séparation sécurité online/offline ?
Q : Prism ./. Google Gears
Paul : Gecko interpète des morceaux d’HTML 5
Vous pouvez auj faire une page web HTML qui fonctionne en offline de manière standardisé.
=> era, safari
Intégration DB SQLite dans le moteur, tt le monde n’en est pas au mm point. Meilleure avancée dans WebKit.

Q : Ai-je raison d’hésiter entre appli web et appli XUL ?
Paul : appli web mm apparence sur tous les OS, appli XUL a le look de l’OS
Application Prism est une application web, cela reste limité à afficher une popup en bas à droite. En XULRunner, tu peux accéder à l’OS, au filesystem, etc.

Q : le javascript dans du XPCom, comment est-il interprété ? Compilé ?
Paul : pas à le gérer mais possibilité de gérer chacun ses threads.

Compte-Rendu « Sécurité des extensions » – Mozilla Add-On Workshop

Conférencier : David Teller

Mes notes

– Whatis FF ?
caractéristiques du logiciel :il  permett de toucher aux fichiers aux infos : comme un OS

J’ai prêté mon ordinateur, un des rares à être sous Windows, pour que le conférencier puisse le brancher à l’écran de projection, donc pas plus de notes que cela.

Mais pour résumer, David Teller nous a parlé des risques de transmission d’informations entre 2 extensions, de notre extension vis-à-vis d’un site distant et dans l’autre sens.

Mon avis

Malgré les petits problèmes techniques, qui ont fait passer les propos en mode accéléré pour tenir dans le temps imparti, la session était très bien présentée, avec notamment un superbe schéma pour situer les extensions dans le fonctionnement de Firefox et des explications sur les failles potentielles avec juste à côté les bonnes pratiques et astuces pour s’en prémunir (ce qui est parfois….impossible !)

Compte-Rendu Keynote Mozilla Add-On Workshop

Donc, j’ai été au MAOW 2008, à la base, je suis développeuse PHP, et de fait, j’ai été amenée à toucher aux langages et technos du monde web : Javascript, ActionScript, HTML, CSS, XML, XSLT, etc. Pour suivre cette journée de confs, il valait mieux avoir un solide background en web et aussi en programmation.

Mes notes prises durant la session. La keynote étant en anglais, mes notes sont un peu mélangées dans les langues.

Mon avis

J’ai regretté un certain flou sur la place des extensions dans l’Ecosystème Mozilla (par rapport à Prism, XULRunner, Firefox, l’OS par exemple) quoique j’ai eu un petit aperçu dans l’atelier sur la sécurité des extensions.

============Sommaire ===============

1 – Intervention de Tristan NITOT

2 – Intervention de Paul ROUGET

3 – Keynote de Brian KING

4 – Questions du public
===================================

intervention de Tristan NITOT

(vers le blog de Tristan)

  • 1er Mozilla Add-On Workshop au monde, grâce à XULfr
  • prochain à Amsterdam ? Barcelone ?

intervention de Paul ROUGET

(vers le blog de Paul)

  • présentation du programme
  • conférence-tampon : on le fera…ou pas, selon le temps qui reste

Keynote par Brian KING

(vers le blog de Brian)

« Add-on audacity  » – how extension developers pushed the boundaries and had fun doing it

(voir les slides de la présentation « Add-On Audacity)

  • add on ecosystem, history, etc.
  • depuis 99 : strong community
  • définition de l’audace
  • Faire des add-on c’est pushing the limits

Histoire des Add-On Mozilla

  • Netscape extensions
    • little bit hard todo
    • install.js & XPI install : flexible but verbose
    • contents.rdf : tout ça est parti
  • noms de Firefox : Firebug, Phoenix
  • more user friendly, in the transition from netscape to ff, extensions developers
  • extension manager : frontend au lieu d’install XPI et toutes ses commandes
  • installation simplifiée
  • install.rdf : simpler than XPI install mais moins flexible

Code ses extensions peut nous apporter beaucoup

  • extensions donnent la liberté d’implémenter ses propres fonctionnalités
  • extensions donnent le pouvoir, mais aussi responsabilité, puisqu’on a accès à OS
  • qq extensions malicieuses dans le monde
  • avec extensions : acces aux bookmarks, cookies, historique, etc.
  • extensions donnent le fun : nouveaux amis via irc, forums, etc.
  • on fait des sacrifices en écrivant une extension :
  • de son temps libre (citation mozdev project owner)
    « so it s saturday evening (i think), i am working on a extension, wife asks if i wanted to do anything together… » (cf les slides à dispo, diapo 15)
  • going grippy : remove toolbar grippies (bug 112534), security change
  • extensions ont servi d’incubateur pour de nouvelles fonctionnalités, elles représentent parfois le futur du logiciel
    • Google Bar
    • Multizilla
    • Total Recall (reprise de la session de navigation comme session restore)
    • etc…

Pourquoi les add-on sont importants ?

  • futur dans le logiciel
  • simple a faire ./. d’autres browsers (MSIE)
  • innovation / expérimentation
  • plein de startups ont commencé par juste une extension (Foxytunes, Stumble Upon …)
  • il y a même des jeux en extension : voir games.mozdev.org
  • Google Chrome n’a pas de support d’add-on : ils disent que ça viendra.
    On attend de pouvoir faire un AddBlock Plus pour Google Chrome 🙂 mais Google veut pas qu’on squizze leurs publicités…sera-t-il possible ?
    depuis 2002
  • TomTom supporte les extensions ff
  • Songbird aussi
  • eMusic
  • donc les Add-ons vont permettre d’etre à plusieurs endroits
  • Diversité des Add-On (autre que extensions) avec
  • les User Scripts : Grease Monkey
  • XULRuner : frontend + flexible

Etat des lieux maintenant

  • plus de 1 M par jour, site en 28 langues
  • qualité : Firefox 2 a une mauvaise réputation
  • obligé de le lancer sans les extensiosn 🙂
  • Firefox 3 posède un meilleur contrôle sur les fuites de mémoire, les espaces de nom, etc.

Roadmap des features d’AMO

  • full text search
  • more stats usage, etc.
  • voir diapos 32 et 33

mozdev.org

  • avant 1er endroit pour les extensions, maintenantt toujours là
  • chiffres sur le site
  • 1/3 des tops extensions ont commencé à cet endroit

Whats next ?

  • less UI ?
  • plus d’interaction avec le contenu web que juste l’UI
  • où voyez vous les addon dans 5 ans ? comment ce sera ?

Questions du public

Q : I’m working on security, few evil extensions, lesquelles ? XSS ?
Brian : je ne connais pas le nom des extensions malicieuses
Q : blacklist AMO ?
Biran : exemple de l’extension ICanDoIt, 2 barres d’outils
injections XsS, fuites de mémoire
Il y a une sandbox, on les met dedans avec des avertissements ou on les vire du site
Q : peut-on désactiver les extensions à distance ? A la mise à jour ?
Vladimir : il y a des extensions désactivées et blacklistées parfois, mais pas souvent
Q : peut -on refuser certaines extensions, ou toute installation d’extension ? en binary code ?
Brian : je n’ai pas entendu de parler de ça mais vous pouvez le proposer ou le mettre en place
Il n’y a pas tout le code online. Vous pouvez ouvrir le javascript et le lire….mais vous ne savez pas forcément ce qu’il fait
Q : quelle version d’ECMAscript peut-on attendre pour GreaseMonkey ?
Brian : javascript a été longtemps stagnant, avec des itérations mineures, javascript a à évoluer
Project Harmony, ecmascript 3.1, on aura en fait une version hybride de javascript en attendant que la version 3.1 soit mature
Q : opinion XULRunner vs Air ou Silverlight ?
Brian : Mozilla se bat mais pas avec XulRunner, plutôt avec les Web Standards, CSS, HTML, etc. The web is the platform et non le browser est la platform. Mozilla ne va pas pousser XULRunner. On mise plutôt sur les standards du web.
Quand vous supportez une plate-forme, il faut lui attribuer des ressources, et les ressources de Mozilla sont limitées en ce moment. Mais ne soyez pas déçu et continuez à développer.
Q : l’adversaire d’Air est Prism ?
Brian : ce qui fait peur n’est pas Air, mais plutôt les googles features dans toutes les app. Air & Silverlight, ne vont probablement gagner car le web a été open, et les formats ouverts vont gagner : meilleur flexibilité, meilleure hackabilité
Q : javascript dans le navigateur : contrôlé et contraint, dans les extensions moins contrôlés. Peut-on en tant que final user restreindre les pouvoirs de javascript des extensions ?
Brian : je n’ai pas entendu parler de cela pour le moment. Ce qui leade cela est gg chrome, puisque chaque fenêtre n’affecte pas le reste du browser. Cela arrivera je pense.
Javascript tournera dans une sandbox pour ne pas avoir acces au PC.
Q : les forces sont le respect des CSS & javascript, quelles seront vos forces, si un jour M$ respectait ces standards du web ?
Si M$ se met à respecter parfaitement les standards, que va-t-il arriver à Mozilla ?
Brian : nous serions ravis de développer pour M$ ou Apple si ces platesformes étaient plus ouvertes. Ou bien nous partirions à la retraite.
Tristan : le jour où le web sera en bon état, je serais ravi de prendre ma retraite
Qqn dans le public : les clients de M$ ne sont pas les final users mais les entreprises

Appel à conférenciers pour PHPQuébec

La 7e édition de  la conférence de PHPQuébec se tiendra à Montréal, du 4 au 6 mars 2009. D’ores et déjà, vous pouvez proposer vos sujets de conférence.

Les sessions doivent être données en français ou en anglais.
Les sessions durent une heure, suivi de 15 minutes de questions avec le public.
Les sessions pourraient être enregistrées pour être distribué par la suite.

Vous pouvez proposer votre conférence en ligne, sur le site de l’événement.

PHPQuébec est l’association québecoise des utilisateurs de PHP, comme vous vous en doutez.