12-13 avril 2014, Lyon – Journées Du Logiciel Libre

Cette année encore, j’ai prévu de passer aux JDLL (les Journées Du Logiciel Libre).

Il s’agit d’un week-end consacré aux logiciels libres, avec des conférences, des stands avec des animations, des ateliers et chose à savoir, la buvette est fameuse (si vous aimez la bière). C’est à la Maison des Rancy, comme l’année précédente, un lieu culturel qui accueille des spectacles, des expositions, des conférences et où nous avions fait notre présentation des jeux réalisés durant la GameDevParty Jam #5.

JDLL 2014 banner

 

Pour ma part, j’ai prévu d’aider le Hackerspace à installer leur stand. (J’imagine qu’ils seront dans l’espace DIY – Faites le vous même !) et j’aimerais voir le plus de gens possible découvrir l’impression 3D.

J’ai repéré quelques conférences :

Vous venez, les lyonnais ?

YUI video : "Thinking documentation as code" – my notes

I view a video about the documentation. It was a conference given at a YUI Conf. The topic was documentation for software, especially when you don’t have anyone dedicated to the task. I am dedicated to the documentation process and content at eZ Systems since 3 months.

What did I wrote down my paper (yes, I am old fashioned sometimes) viewing this video ? (It will be the content of the conference filtered by my brain).

"To first order software documentation is like code".

It means that Documentation is part of your project, and doc lives in your repository.
I really am convinced by this approach, the documentation for tech stuf has to be near the code.

Code is in the repository because :

  • powerful version control
  • collaboration
  • backup
  • distribution

Documentation elsewhere is duplicating the powerful repository. Documentation is plain text.

Code is expensive (and doc is worse) : this will lead to consequences for someone. If you have choice between fix your code and writing doc : fix your code.

Developer Setup Page Wiki : NO ! MORE !
Use instead :

  • VM
  • Composer
  • automtation build

Editing process

Offline editing is the best, because it’s freedom.

User comments

Dont allow user comments on doc pages :

  • they give bad advices (php.net, AngularJS)
  • adding pixels to the doc out of your control is a bad idea

Add pixels/increase your doc size with value.

Replace comments by a link to forums on the topic (reactJS)

Topic of documentation

What ? How ? = code
Why ? = documentation

Code extract in doc

  • -copy/pastable
  •  line numbers

DRY doc = cross references with links, not duplicate content

Exporting doc

Build targets : HTML, ePub, PDF, TROFF

  • exportable
  • readable
  • searchable
  • text

Questions from the audience :

?/ About the user comments

More pixels in the doc = be careful
=> lot of feedback (is it the place ?)
=> not useful (as doc)
=> moderation to make

?/ What about XML ?

Docbook XML was ok before we have the lightweight markup format (Markdown, ie)

?/ What if we have a documentation debt ?

Write documentation as you go, just like covering with unit testing a legacy code

Vidéo : http://www.yuiblog.com/blog/2014/02/28/yuiconf-2013-evan-goer-on-thinking-of-documentation-as-code/
Slides : http://www.slideshare.net/evangoer/yuiconf-2013documentationiscode

28 mars 2014 : Thank A Dev Day

Aujourd’hui, c’est le TADD : Thank A Dev Day.

Qu’est-ce que c’est ?

il s’agit d’une journée pour exprimer sa gratitude à un développeur OpenSource pour un logiciel qu’il a créé.

Comment ça marche ?

C’est simple, choisissez l’appli OpenSource que vous préférez, trouvez les coordonnées du développeur et envoyez lui un mail avec le tag [TADD] dans lequel vous lui expliquez pourquoi vous appréciez son logiciel.

Un obscur blogueur du nom de Solarius vient tout seul de décréter le dernier vendredi du mois de mars, le « Thank a dev day », que l’on pourrait traduire par la « Journée de remerciement aux développeurs de votre logiciel libre préféré » (oui, c’est un peu plus long en français).

En savoir plus : http://thankadev.wordpress.com et la traduction en français

FAQ autour de l’IVG et de la nécessaire poursuite de la lutte : questions courantes et propositions de réponses Gaelle-Marie Zimmermann

[Ce texte est mis à votre disposition par A Contrario et Gaelle Marie Zimmerman : vous pouvez donc le copier et le republier sur vos propres sites, l'imprimer, le distribuer, en sélectionner des morceaux... Indiquez simplement la source et ne modifiez pas les propos, puisque l'auteur engage son nom sur le contenu.

Et bien sûr, les médias en ligne "classiques" et sites commerciaux ne sont pas concernés par cette invitation à la copie : pour eux, application basique de l'exception de courte citation et interdiction de copier intégralement. Mais à part ça, pour les sites persos, c'est en libre-service]

« Lutter pour défendre le droit à l’IVG ? Aller manifester ? Militer pour ça ? En France ? Mais pourquoi ? L’avortement est légal dans notre pays ! Personne ne veut le remettre en cause ! Et puis il ne faut pas que ça devienne un truc banal… Imagine que les femmes se mettent à l’utiliser comme une contraception ! »

En effet, l’avortement est légal en France. Moralement, il est toléré sous conditions. Concrètement, ce droit à l’IVG est fragile.

Et émotionnellement, il est très compliqué de comprendre comment chacun.e le perçoit, en fonction de sa sensibilité, de ses convictions et de ses choix de vie.

Cependant, les idées reçues autour de l’avortement ont la vie dure, et beaucoup de gens ont du mal à saisir pourquoi la lutte pour le droit à l’IVG est toujours nécessaire aujourd’hui, encore et plus que jamais.

Quand on milite, on devient, de fait, habitué.e à un certain déroulé de raisonnement, à des terrains d’action et de réflexion qui reposent sur nos parcours personnels et militants, nos lectures et nos démarches de documentation.

Mais tout le monde n’est pas familier de ces notions, et nos axes de luttes peuvent paraître obscurs aux personnes qui, a priori, ne sont pas anti-IVG mais qui ont du mal à percevoir (et c’est bien compréhensible) la nécessité de combattre encore pour le droit à l’avortement, et les fondements de notre combat.

Alors voici une modeste liste de propositions de réponses aux questions fréquemment posées sur l’IVG et la lutte que nous menons, à destination des militant.e.s et non militant.e.s de tous bords, réponses qui peuvent également être utilisées en vue d’une démarche de sensibilisation.

1 – Je ne comprends pas pourquoi il faut lutter pour le droit à l’IVG : en France, l’avortement est déjà légal !

Oui, l’avortement est légal, mais légal ne signifie pas forcément « accessible ». Les nombreuses fermetures de centres pratiquant l’IVG, le manque de moyens, la désinformation, les actions de manipulation de certains sites web pour pousser les femmes à mener leur grossesse non désirée à terme, et plus globalement les actions toujours plus nombreuses de militant.e.s anti-choix sont une constante menace pour ce droit qui reste très fragile.

De plus, les aléas politiques et les risques que représentent l’éventuelle arrivée au pouvoir de partis opposés au droit à l’IVG pourraient fort bien mettre cette légalité en péril : rien n’est donc acquis.

2 – Enfin, personne ne veut supprimer le droit à l’avortement !

Si, beaucoup de monde : les réactionnaires, et plus généralement toutes les personnes qui considèrent l’embryon ou le fœtus comme une personne, sans oublier tous les gens qui estiment, en toute bonne foi, que la revendication des femmes à pouvoir disposer de leur corps doit s’effacer devant le caractère prépondérant de la gestation.

3 – Mais l’avortement, c’est grave quand même : il ne faut pas que ça devienne banal !

Que signifie le mot « banal » ? « Banal » signifie « ordinaire », « commun », « courant » : concrètement, l’avortement est déjà un acte banal. C’est également, selon les termes employés par le Docteur Sophie Gaudu lors du congrès de l’ANCIC « un des actes gynécologiques les plus fréquents et les plus sûrs ». Elle ajoute également qu’une femme sur trois aura recours à une IVG dans sa vie, et qu’il s’en pratique 200 000 par an.

L’IVG est donc d’ores et déjà un acte tout à fait banal. La véritable question est : pourquoi refusons-nous d’admettre cette banalité, et pourquoi souhaitons-nous lui donner un caractère infamant, insultant, délictuel, dramatique ?

La connotation négative du mot « banalisation » dans le cadre de l’IVG nous dit beaucoup de choses de nos réticences (conscientes ou inconscientes) à considérer l’avortement comme un droit qu’aucune dramatisation obligatoire ne devrait venir normer.

Admettre que l’avortement est banal, c’est admettre que concrètement, le fait d’interrompre une grossesse peut ne pas être grave pour une femme (et en tout cas moins grave que de la mener à terme), et qu’elle peut choisir d’avorter sans avoir le sentiment de « commettre » un acte lourd.

Pour certaines personnes, cela peut être très dur à concevoir : la « banalisation » de l’avortement leur apparaît comme une forme d’inconséquence, sous-tendue par le fait qu’avorter doit obligatoirement constituer une décision et un acte de poids (moral, psychologique, émotionnel…), et que cette décision et cet acte n’ont pas à être faciles.

On rencontre souvent cette crainte de la banalisation chez des personnes ouvertement pro-IVG, qui malgré leur lutte pour le droit au choix, ont beaucoup de difficultés à ne pas conditionner la légitimité de ce choix par une intensité symbolique obligatoire.

4 – Enfin quand même, l’avortement ce n’est JAMAIS anodin !

Ça dépend. Parfois non. Parfois si. Mais les femmes qui le vivent bien ont du mal à en parler car notre société toute entière (dans les différentes instances amenées à intervenir en amont, pendant et après l’avortement) induit chez les femmes qui avortent un traumatisme symboliquement présupposé.

Cela ne veut pas dire que toutes les femmes, sans ces conditionnements, vivraient bien l’IVG. Pour certaines c’est très dur, pour d’autres moins, pour d’autres pas du tout. C’est fonction de plusieurs paramètres, notamment l’existence ou non d’un désir d’être mère (et toutes les femmes ne le désirent pas). Cela signifie simplement qu’il n’y a pas systématiquement un traumatisme. Que parfois le traumatisme est induit par des facteurs extérieurs. Cela peut même, dans certains cas, être le corps médical qui fait de l’acte un traumatisme.

Ce qui est important, c’est ne pas normer le ressenti des femmes : on peut vivre bien une IVG, on peut la vivre mal. Chacune son ressenti. Le refus d’admettre que certaines femmes vivent bien l’avortement procède du même ressort symbolique que le refus de la « banalisation » et de la « récidive ».

De la même façon, on dit souvent que l’on « subit » une IVG, tandis qu’on « bénéficie » d’une péridurale, comme le précisait le Docteur Gaudu : l’avortement est toujours à « subir », comme une contrainte et non une libération (et c’est là qu’on touche au coeur même du droit des femmes à se sentir « libérées » par l’interruption d’une grossesse), comme si on avait à le supporter comme un drame imposé, sans avoir le droit d’en faire le choix libre, la revendication, sans regret et sans remords.

Le droit pour chacune de ressentir les choses librement est donc un axe de lutte important.

5 – Pourquoi militer pour l’IVG plutôt que de faire de la prévention contre l’IVG ?

La prévention, dans le sens premier du terme, consiste à empêcher qu’une chose négative ou nocive se produise. Cela sous-entendrait donc que l’IVG est quelque chose de mal, de négatif, de nocif, alors que concrètement, c’est plutôt la grossesse non désirée qui est un événement négatif.

L’IVG est en fait une solution, et on ne prévient pas les solutions : on les utilise. L’IVG n’est pas un problème en soi, mais la solution à un problème.

Alors ce qui est « mal », « dangereux » et « préjudiciable » pour une femme, ce n’est pas l’IVG (dont la décision peut être difficile ou simple à prendre, et qui peut être bien ou mal vécue),  c’est le fait d’avoir un enfant dont elle ne veut pas, et de subir une grossesse non désirée. C’est également, dans le cas où elle est contrainte de mener sa grossesse non désirée à terme, préjudiciable pour l’enfant (on trouve beaucoup d’études, plus ou moins fiables, sur le traumatisme post-IVG, mais aucune sur le traumatisme post-grossesse-non-désirée-menée-à-terme).

L’IVG est donc la solution pour interrompre une grossesse non désirée, et cela n’empêche en rien d’informer sur la contraception. Il n’y a donc pas d’incompatibilité entre le fait d’utiliser l’IVG en tant que solution, et d’informer sur la contraception pour éviter une grossesse non désirée.

Contraception et IVG sont deux maillons complémentaires de la chaîne du contrôle de la fécondité. Si le contrôle de la fécondité était une notion réellement intégrée et admise (et pas seulement en surface comme actuellement), on n’utiliserait pas des termes comme « prévention » et « récidive ».

6 – La meilleure IVG, c’est quand même celle qu’on a pu éviter, non ? L’IVG reste un échec de la contraception.

L’IVG vue comme un échec de la contraception est un grand classique : mais dire que l’IVG est un échec de la contraception, et donc accoler systématiquement le mot « échec » au mot « IVG », c’est oublier un fait capital : quand la contraception échoue, la conséquence de cet échec, ce n’est pas l’IVG, mais la grossesse !

C’est donc la grossesse qui est un échec de la contraception, pas l’IVG : et ce n’est pas un simple jeu sur les mots ou un raisonnement par la distorsion du langage. Les mots sont importants, ils ont un sens. L’IVG n’est un échec de rien du tout. L’IVG est la solution à la grossesse non désirée, qui est elle-même un échec de contraception. La contraception, parfois, ça échoue. L’IVG, beaucoup plus rarement.

Avorter n’est donc pas un échec mais bien une solution. Qu’il est légitime d’utiliser.

7 – Enfin y en a, elles se font avorter à répétition, la récidive dans l’avortement, c’est un peu de l’abus quand même.

Aaaah, le fameux terme « récidive ». On l’a mentionné plus haut. On le lit et on l’entend très souvent, dans le cas de femmes qui se font avorter plusieurs fois. C’est un mot qui est très révélateur de la notion de culpabilité qui continue à imprégner le contexte moral autour de l’IVG, et les réticences à une application concrète du droit des femmes à contrôler leur fécondité. Et ce, y compris dans la bouche de soignant.e.s !

Il n’y a pourtant aucune raison d’assimiler des avortements successifs à de la récidive, puisque la récidive constitue une définition relevant du langage des infractions. L’IVG doit-elle être considérée comme une infraction ? Non.

Il est essentiel que les femmes ne souhaitant pas mener à terme une grossesse non désirée puissent faire le choix de l’interrompre sans être considérées comme des « récidivistes ».

Qu’on les mette en mesure de trouver une contraception qui leur convient, qu’on les informe, qu’on réponde à leurs questions, oui. Qu’on les culpabilise au point que peut-être, si elles tombent à nouveau enceinte sans l’avoir voulu, elles n’osent plus avorter ? Non.

8 – De quel droit les femmes osent-elles revendiquer l’IVG « facile », sans douleur, accessible ?

Les femmes ne revendiquent pas l’IVG facile, sans douleur et accessible, elles revendiquent l’IVG sans complications procédurales inutiles, sans douleur volontairement infligée par le corps médical, et sans freins d’ordre technique ou moral.

Les femmes revendiquent le droit de choisir librement leur méthode (IVG médicamenteuse, en milieu hospitalier ou à domicile, IVG par aspiration sous anesthésie locale, IVG par aspiration sous anesthésie générale), sans être contraintes et poussées vers l’une ou l’autre.

Elles veulent des délais d’attente plus courts (et ne plus se voir imposer le délai de réflexion de 7 jours, qui n’est pas nécessaire à toutes), ce qui ne sera possible que si on cesse de fermer les centres qui pratiquent les IVG et qu’on allège la procédure.

Elles revendiquent également le droit à ne pas se voir infliger une douleur punitive.

Elles veulent aussi que l’on cesse de prétendre que c’est un acte technique lourd : l’acte technique a été alourdi lorsque les compétences abortives ont été transférées, au moment de la dépénalisation de l’IVG, des femmes qui le pratiquaient clandestinement et des médecins qui les aidaient à le faire, au corps médical qui a institutionnalisé une procédure d’IVG lourde et plus coûteuse.

Alors non, bien sûr, avorter clandestinement dans des conditions de sécurité et d’asepsie douteuse n’était pas une bonne chose, mais avorter sous l’obligation d’un plateau technique lourd et sous le contrôle absolu du corps médical, est-ce vraiment nécessaire ?

Le droit de recourir à une l’IVG n’est toujours pas synonyme d’autorisation symbolique à l’IVG. C’est un des volets de la lutte, et il est plus essentiel que jamais.

9 – Comment peut-on tomber enceinte « par accident » alors qu’on a la contraception ? Les femmes sont des étourdies ! Et il ne faut pas qu’elles utilisent l’avortement comme une contraception ! 

Les femmes utilisent l’avortement parce qu’elles ont de multiples raisons de l’utiliser, et de multiples façons de l’utiliser. Et notamment parce que la contraception ne fonctionne pas toujours : pour rappel, 3 IVG sur 4 concernant des femmes qui ont une contraception.

La contraception n’est jamais efficace à 100 %, et n’oublions pas qu’en France, nous sommes actuellement sous un régime prépondérant du « tout-pilule » : c’est-à-dire que la pilule, prétendument « mode de contraception préféré des françaises », est en réalité simplement le mode de contraception « le plus prescrit aux françaises », ce qui n’est pas du tout la même chose.

La pilule est donc souvent imposée, ou du moins présentée comme le choix le plus logique, alors qu’elle est loin d’être idéale pour toutes les femmes, selon leur rythme de vie, leurs attentes et leurs contraintes.

La difficulté pour beaucoup de nullipares à obtenir la pose d’un DIU (stérilet), car une majorité de gynécologues refuse encore sans aucune raison médicale, est une des conséquences de ce « tout pilule », et un des exemples frappant des progrès à faire en matière de gestion de la contraception.

Les femmes utilisent l’avortement non pas « comme une contraception » mais comme un outil destiné à interrompre une grossesse non désirée.

De même, la notion d’avortement « de confort » est surréaliste, non pas parce que ce « confort » n’existe pas (il peut tout à fait exister) mais parce qu’il est systématiquement relié à quelque chose de répréhensible : une fois de plus, on touche au tabou du réel droit à avorter parce qu’on souhaite réellement, sans remords, interrompre une grossesse non désirée.

Soyons réalistes : à partir du moment où ni la vie de la femme enceinte n’est en danger et où elle a matériellement les moyens de subvenir aux besoins d’un enfant, tous les avortements sont des avortements de confort, relevant du refus de mener la grossesse à terme, quelles que soient les raisons de ce refus.

Cela ne doit pas être un problème si on est d’accord sur le principe même du droit au choix. Pourtant, des personnes qui se disent pro-choix refusent que l’avortement soit « un confort » ou « banalisé ». L’avortement EST banal et il EST de confort. C’est simplement son ressenti qui varie.

Prétendre qu’on est pour l’avortement MAIS qu’il ne doit pas être de confort ou banal, cela revient à dire qu’on est pour l’avortement mais que l’on ne doit y recourir que la mort dans l’âme, et que cela doit être un acte grave et peu pratiqué : cela revient donc à dire qu’en fait, on n’est pas tellement pour l’avortement librement choisi.

Cela revient aussi à dire que les femmes doivent rendre compte de la pertinence de leur choix (dans le sens où le choix est un vrai choix, à savoir libre, éclairé, et sans comptes à rendre). Cela signifie donc qu’on souhaite poser des limites au droit des femmes à disposer de leur corps.

10 – Certaines féministes estiment que les hommes n’ont pas à s’exprimer sur l’avortement. C’est extrémiste !

Ne confondons pas. Il y a en fait deux cas de figure :

a -  Dans le cadre d’une grossesse non désirée survenant au sein d’un couple composé d’un homme et d’une femme, il semble très souvent évident que lorsque le contexte émotionnel s’y prête (ce qui n’est pas toujours le cas), la femme en situation de grossesse non désirée en parlera à son compagnon.

Rien ne l’y oblige, et au final, le droit à disposer de son corps fera d’elle la seule décisionnaire, mais il semble pertinent d’estimer que si elle en parle à son compagnon, il peut donner son avis. Cela n’est pas contesté. Et cela relève du dialogue, de l’équité, de la confiance, du parcours personnel de chacun.e et de son envie de partager les choses et les ressentis.

b – Ce que certaines féministes disent en fait, c’est qu’en dehors de cette situation de couple et du cas concret d’une grossesse non désirée, les hommes n’ont pas vocation à s’exprimer sur l’avortement en termes de positionnement idéologique, théorique : un homme peut être consulté dans le cadre de la grossesse non désirée dont il est conjointement à l’origine, mais « les » hommes n’ont tout simplement pas vocation à s’opposer idéologiquement au droit des femmes à disposer de leur corps. Exemple  : un penseur ou un médecin qui va expliquer pourquoi il est contre l’avortement… Ca n’a pas de pertinence. En ce sens, non, « les » hommes n’ont pas à s’exprimer et à prétendre dire ce que nous devons faire de notre corps.

De la même façon, « les » hommes « pro-ivg » n’ont pas à analyser ce que nous ressentons quand nous avortons. Un homme qui prétend qu’aucune femme ne peut sortir indemne d’un avortement, c’est… sans pertinence. Tout autant qu’un homme qui affirmera savoir quelle détresse ressent une femme quand elle avorte.

11 – C’est quand même grave que le nombre d’IVG ne baisse pas.

Posons clairement les données du raisonnement : la population augmente, le nombre d’IVG reste stable. Il n’est pas sorcier de comprendre que dans l’absolu, le nombre d’IVG baisse.

En fait, ce qui augmente, ce n’est pas le nombre de grossesses non désirées, mais le nombre d’interruptions volontaires parmi ces grossesses non désirées. Cela signifie globalement qu’aujourd’hui, bien plus qu’avant, les femmes en situation de grossesse non désirée peuvent choisir de l’interrompre, alors qu’avant elles la poursuivaient, ce à quoi elles ne sont plus autant contraintes aujourd’hui. C’est une excellente chose, dans le cadre d’une optique pro-choix.

Parallèlement, le nombre de grossesses non désirées ne peut pas baisser à l’infini puisque la contraception infaillible n’existe pas, que l’information sur la contraception doit encore progresser, et que les pratiques contraceptives doivent également évoluer (cf. le problème du tout-pilule évoqué plus haut).

En conclusion

Le positionnement « anti-choix », qui relève de nombreux paramètres personnels, idéologiques et moraux et qui procède souvent de la conviction que les femmes n’ont pas à revendiquer le droit à disposer de leur corps, est difficilement discutable dans la mesure où il est très peu probable d’amener un anti-choix à changer d’avis.

Ce qui importe donc bien plus, c’est de lutter contre les idées reçues qui favorisent, au sein même des « pro-choix », ce réflexe à toujours donner l’impression de justifier le recours à l’IVG en assurant que cela reste une issue de secours extrême et grave,  à fournir des excuses et justifications, à affirmer que bien sûr il vaudrait mieux que cela n’arrive pas, et que c’est toujours une voie douloureuse à laquelle on se résout la mort dans l’âme, tout cela dans le but de gérer une culpabilité induite par les normes sociales, et pour RASSURER celles et ceux qui pourraient croire que nous avortons vraiment par choix et par confort (ce qui est le cas : nous avortons bien par choix et par confort).

Plus grave encore, ces idées reçues autour de l’IVG entraînent de la part des pro-choix, pourtant de très bonne volonté, un renoncement à progresser encore sur la voie du droit à disposer réellement de son corps, en toute autonomie, en toute responsabilité.

Notre société a encore du mal avec l’idée de femmes dont la fonction sexuelle serait totalement détachée de la fonction reproductive. Le droit à l’IVG est constamment menacé. Et pas seulement en théorie. Défendons-le. Parlons, échangeons, témoignons, et donnons-nous les moyens d’avancer sur la route encore longue du réel droit au choix.

 

Toutes les infos sur l’IVG sur le site officiel du Ministère des Affaires sociales et de la santé.

2014 année de la doc

Actividades conmemorativas de las Instrucciones Año XIII 14

By Karin Porley von Bergen (Flickr: Instrucciones Año XIII) [CC-BY-SA-2.0], via Wikimedia Commons

Mon titre rime presque, n’est-ce pas ? Bon, le mot deux-mille quatorze ne rime apparemment avec rien dans la langue française.

Depuis janvier, j’ai changé de boulot. Non seulement j’ai changé d’employeur, mais surtout c’est mon poste qui a changé. J’étais développeuse PHP. Je suis Technical Writer chez eZ Systems. Vous les connaissez, si vous faites du PHP, c’est la société derrière le méga-CMS opensource eZ Publish. Pour le dire de manière basique : j’écris de la documentation. (1)

D’aucuns trouvent que la doc, c’est LE truc fastidieux du projet. Ecrire du texte pour expliquer aux utilisateurs ce qu’on a fait, c’est vraiment la corvée des développeurs, j’ai l’impression. J’ai au contraire envie de pousser la documentation comme quelque chose d’important sur un projet, surtout un projet opensource. Les utilisateurs sont quand même ceux qui donnent la vie à votre logiciel, et ceux qui font votre réputation. Ils ont besoin de savoir comment se servir de votre logiciel.

(1) En fait, bien entendu, c’est un peu plus élaboré, puisqu’actuellement, le site Doc.ez.no concerne la documentation de l’avant-dernière version 4 et que la dernière version 5 de la documentation est sur Confluence.ez.no. Mon rôle est que cela soit clair de trouver les informations dont vous avez besoin dans la documentation, sans avoir à chercher. Entre les documentations à rédiger qui m’attendaient dès que mon arrivée a été prévue et les nouveaux développements de mes collègues, en plus de lire la documentation existante et d’apprendre, je ne m’ennuie pas.

Compte-rendu : Apéro Game Dev Party, Lyon

Jeudi 17 octobre au soir, les membres de l’organisation des événements de la Game Dev Party (Jams et conférences) se sont retrouvés dans un pub, invitant les intéressés à les rejoindre. Le but principal était de pouvoir adhérer en donnant son chèque et son bulletin d’adhésion. Le but secondaire était de répondre à toutes les questions possibles, de rassurer les nouveaux, et de passer un moment sympathique.

Le pub était parfait, petit et chaleureux, il servait à boire et à manger. J’ai d’ailleurs pu assouvir mon fantasme de prendre les commandes telle une serveuse. Je n’ai pas eu à faire le service, alors c’était vraiment facile.

J’ai expliqué quelles étaient les raisons d’avoir fondé une association autour des Jams, de garder nos évènements gratuits et locaux, sans chercher la fortune. J’ai discuté une grande partie de la soirée avec Stéphane, auteur de l’affiche de la dernière Jam. Il était étonné du peu d’implication que nous demandons aux membres de l’association. Hormis la cotisation, nous ne demandons que rarement des coups de main.

Je suis partie pour mettre à jour la mailing-liste membres avec les nouveaux adhérents, afin qu’ils puissent obtenir les codes  pour s’inscrire en priorité à la prochaine Game Dev Party Jam #5

Kanban, premier problème rencontré

Depuis maintenant 1 mois, mon équipe de maintenance est passée à Kanban dont j’ai écrit une présentation sur le blog tech. Nous rencontrons un problème de modélisation des colonnes et du flux.

Quand une validation fonctionnelle a échoué, faut-il revenir en arrière, à la manière d’une boucle ou avoir des colonnes qui ne serviront que dans le cas d’une non-validation ?

Voici nos colonnes :

 

Colonnes de mon Kanban (les [x] représentent des étiquettes)
  TODO   Dév. en cours Valid métier Dév. Fini
max 10 max 4 max 6 max 4  
  Réalisation Valid Tech Prêt pour valid Validé Ready for merge Mergé (todo backport) Fini
  [x] [x] [x] [x][x] [x] là => [X] [x] [x] [x] [x] [x] [x][x] [x][x] [x][x] [x][x] [x][x] [x][x] [x]

Quand l’étiquette est en "Prêt pour valid", et que le ticket n’est pas validé, où le mettre ?