Sketching Notes #2 : inspiration bande-dessinée

En publiant mon dernier billet sur le sujet des prises de notes visuelles, ou sketchnig notes, je me suis remémorée tout ce que j’avais oublié de mettre dans mon billet.

Le plus dur est de se lancer. Si vos notes sont pour vous, autant vous lancer tout de suite, à la prochaine réunion, ou à la prochaine vidéo de conférence ou tutoriel que vous regarderez. Voire lancez vous au prochain épisode de série, si vous ne suivez que d’un oeil distrait. J’imagine qu’on peut même prendre des notes visuelles durant un jeu télévisé, ou en regardant d’autres gens jouer à un jeu vidéo.

Les croquis d’audience, notes vivantes

Je voulais ajouter que cette idée de dessiner ce qui se passe n’était pas nouvelle, pensez par exemple au croquis d’audience qui permettait aux journaux d’illustrer ce qui se passait dans le tribunal, et qui a perduré alors que les photographies étaient interdites.

Les carnets de voyages, annotations du souvenir

Je pense aussi que j’aimais déjà, avant de découvrir cette tendance du Sketching Notes, les carnets de voyage et les bande-dessinées "verbeuses".

Les carnets de voyage

Les carnets de voyage sont emplis d’annotations, souvent sur des preuves matérielles du voyage collées dans ledit carnet.

page de carnet de voyage illustrée

Illustrations sur un carnet de voyage

Encore plus de magnifiques exemples de dessins sur des carnets de voyage (l’image est bien trop loooongue pour que je l’intègre dans ma page) : http://www.duitang.com/people/mblog/14879816/detail/ (trouvé via le Pinterest de Carnet Voyageur)

Les bande-dessinées "verbeuses"

La BD belge et ses histoires littéraires

Je suis assez friande de…texte dans les bande-dessinées. Non que j’aime les cases avec des bulles plus grandes que la partie illustrée de Blake et Mortimer (Damn,leurs aventures me plaisent, by Jove !) ou d’Alix (aucune sympathie pour ces histoires, en revanche, je n’en ai jamais compris les fans).

page de la BD Blake et Mortimer

Page issue de Blake et Mortimer, avec des bulles très envahissantes

page de la BD Alix

Alix, le texte avant l’image. Autant lire Bécassine.

 

Non, je pense plutôt à des bande-dessinées contenant des annotations supplémentaires. Un peu comme l’Echo des Savanes par exemple. Et j’aime les bande-dessinées qui jouent des annotations et des adressages au lecteur.

Dans les plus connues, selon moi, on retrouve les "Rubriques-à-brac" de Gotlib, ou encore plus connu Chris Ware. Le travail de construction et de narration de Chris Ware est très intéressant, mais voyons quelques exemples de planches.

Gotlib – Rubriques à brac

Page d’une Rubrique à brac sur les vacances d’été

Et le Pélican :

Gotlib, le manuel du pélican

Chris Ware

Source : http://www.nytimes.com/interactive/2014/04/10/books/review/13ware.html

Demi-page de Building Stories, par Chris Ware

On remarque les annotations qui enrichissent l’image principale

 

Source : http://kottke.org/12/07/building-stories-new-chris-ware-graphic-novel

Encore plus vieux…

Dans les bande-dessinées un tout petit peu plus anciennes, je dirais que ce sont les BD de mes parents, on retrouve Robert Crumb et Mandryka (le Concombre masqué).

Robert Crumb

Crumb (le site officiel de R. Crumb)

Admirez la construction graphique de la page

Mandryka

Marc-Antoine Mathieu

Et mon auteur préféré à ce jour, juste devant l’inimitable Gotlib, voici Marc-Antoine Mathieu.

Sa série Julius Corentin d’Acquefacques est vraiment excellente. Si vous connaissez d’autres BD du même genre, ou que vous reliez à cette série, n’hésitez surtout pas à me laisser un commentaire.
Depuis quelques années, je n’ai pas le temps de suivre l’actualité BD, cela me rendra donc un immense service.

Les cases se meuvent et deviennent des pièces

Jeu sur l’espace, les lignes, les cases, les mots

Mise en abyme ou recursion en BD

 

J’espère que mon propos vous paraîtra clair après avoir vu ces images.  L’idée est de dire que la bande-dessinée joue depuis longtemps avec les codes de construction de la page pour y déposer une histoire. Si vous lisez plus de bande-dessinée, avec un œil  attentif, vous pourrez certainement vous améliorer en Sketching Notes.

#nppt Pour avoir plusieurs profils Firefox

Quand on fait du dév, qu’on ne peut pas upgrader Firefox (je travaille avec Firefox 16, plaignez moi,c’est bon maintenant, ça va mieux) et qu’on a besoin de tester, le mieux, c’est de faire des profils différents. Chaque profil bénéficie de ses extensions, c’est fort pratique. Et parfois un peu pénible : par exemple, quand on a bien installé une extension mais qu’on cherche à l’avoir sur un autre profil, et qu’on ne se souvient plus du nom de l’extension, on veut changer de profil.

Mais comment retrouver ses profils ?

- Who you gonna call ?
- ProfileSwitcher :: Modules pour Firefox.

Compte-rendu du PHP Tour lyonnais [23-24 juin 2014]

On l’avait bien attendu, ce PHP Tour, puisque je me souviens être allée à Paris seule défendre le dossier, il y a 3 ans. A l’époque, le dossier n’était pas celui attendu et nous avions dû revoir notre copie.
Depuis, j’ai relâché mes responsabilités au sein de l’AFUP pour me concentrer sur d’autres activités (comme la Game Dev Party, par exemple).
Pour ce PHP Tour, ce qui était amusant pour moi, a été de retrouver tous les "copains" de l’AFUP. Après avoir longtemps été du côté de l’organisation, j’avoue que j’ai savouré ma participation en tant que conférencière.

Banniere PHP Tour 2014 j'y serai, sponsor argent eZ Publish

La veille du PHP Tour avait lieu le repas pour les conférenciers, et par un micmac dans ma mémoire défaillante (c’est pourquoi je note tout tout tout), j’ai pensé que ce repas était le soir du premier jour. Heureusement qu’un tweet de Benoît Lévèque m’a remémoré la date…au dernier moment.

J’ai donc cessé ce que j’étais en train de faire, et suis partie dîner avec les autres conférenciers. Ce soir là, la pression atmosphérique était énorme et la chaleur écrasante. Je suis partie tellement à la hâte que j’ai gardé ma "robe du dimanche", et je ne le regrette pas car elle était bien aérée !

Le dîner fût excellent et la compagnie fort agréable. J’ignore si c’était la chaleur ou le vin, mais j’ai eu l’impression que les conférenciers étaient assez excités d’être à Lyon pour le PHP Tour.

Le lendemain, je revêtais ma tenue "corporate", et, parée de mon joli polo orange eZ Systems, je regagnai la Manufacture des Tabacs. Sur place, j’étais la première parmi mes collègues…qui m’avaient demandé de venir en avance pour leur donner un coup de main ! Après avoir attendu un moment mes collègues farceurs, j’ai visité les lieux. J’ai profité d’un peu de café et de viennoiseries, avant de consulter nonchalamment le programme. C’est alors que je me suis rendue compte que j’avais décalé le repas conférencier dans mon esprit mais également le reste du PHP Tour ! Je pensais faire ma conférence le second jour, et en fait c’était le premier.

Du coup, j’ai passé la journée en étant assez stressée et en tâchant, toutefois, de faire bon accueil aux visiteurs de notre stand. Et malgré mon passif en présentation orale, j’avais énormément d’appréhension avant mon passage. A tel point que je n’ai pas eu le coeur à aller écouter mes pairs, incapable de me concentrer sur ce qu’ils racontaient. J’ai assisté à la Keynote de Rasmus Lerdorf, qui a insisté sur le Faire, et agire pour changer. Sa keynote complétait parfaitement le Mix IT.

Le midi, nous avons pu emprunter le superbe stand Microsoft Azure pour présenter la nouvelle interface Admin.

L’après-midi s’est écoulé entre répétitions et chronométrage de ma conférence, réponses aux questions sur le stand, discussions plus ou moins "business" avec les ex-collègues présents.

Ensuite, vint le moment de ma présentation "Pourquoi la documentation compte ?". J’étais dans une des petites salles, en fin de journée, avec ma conférence sur la Documentation. Nous étions peu dans ce sauna mais les auditeurs étaient attentifs et valeureux.

Assez tendue au départ, une fois lancée, j’étais concentrée sur les messages et notions que je voulais faire passer, entre retour d’expérience et conseils pour avoir une meilleure documentation. J’avais gardé sous le coude quelques sujets que je n’avais pas abordé dans ma conférence, et au final, les questions ont permis de finir en beauté.
Je décerne la palme  de la question à :

"Va-t-on faire du DDD ? Documentation Driven Development ?"

Ma réponse a été que parfois, si le Product Owner est très très détaillé dans ses Stories, on peut arriver à de la DDD. J’ai par exemple eu la chance de travailler avec @samuel_v2 qui fait partie de ces PO qui décrivent le comportement attendu et écrivent quasiment une documentation par Story pour obtenir ce qu’il pense être le mieux pour le logiciel.

IMG_9595_MD

La soirée sur la péniche au Red House s’est déroulée sans moi, obligations familiales oblige. Et le lendemain matin, un peu moins fraîche que la veille, je regagnai notre stand à la moquette orange pour accueillir les visiteurs, après un shoot de carburant, tout de même.

Cette seconde journée a été plus agréable pour moi, le stress étant retombé. Je me suis offert des tee-shirts "Last Night PHP Saved My Life". J’ai pu aller écouter quelques conférences sur le Monitoring et la Dette Technique. J’y ai découvert des outils, et des idées. Puis j’ai été attentive aux Lightning Talks, qui sont toujours un exercice amusant à regarder. Le périmètre doit être extrêmement limité de manière à ce que l’auditoire profite des 5 minutes allouées.

Mes collègues, Bertrand Dunogier et André Romcke ont fait un Lightning Talk sur le cache d’eZ Publish Platform. Le sujet est passionnant, riche et le format LT ne permet pas forcément de faire comprendre à un public débutant en eZ Publish les subtilités et les forces du cache.

Cependant, j’espère que vous aurez l’occasion d’en savoir plus sur le sujet lors d’un prochain événement. En attendant, il y a la doc !

Mix IT 2014, jour 2 : la conférence lyonnaise où il fait bon retourner

mixit-bannerJe commence par m’énerver pendant un quart d’heure à tenter d’attacher mon vélo à un pince-roues, mais malgré mes deux antivols différents, aucun n’est assez long pour sécuriser mon vélo, qui finira contre un lampadaire.
Arrivée un peu trop tard, l’atelier que je souhaite suivre est plein. Le temps de me siroter un café avec des brioches aux pépites de chocolat, et de me faire appâter par Michael Schwartz à sa conférence. J’hésite longuement et finis par aller écouter Tristan Nitot. Je n’ai rien découvert de nouveau mais j’apprécie toujours son propos et sa manière de le présenter : posé, clair, cohérent et ouvert à la critique.Ensuite, c’est l’heure du repas, et je déjeune en compagnie de développeurs PHP lyonnais. Ils sont présents même si les conférences sur les technos afférentes à PHP ne sont pas légion.
Après cela, j’hésite, encore une fois, à aller voir la Conférence Alien (non-reliée au monde informatique) de Mr Frigoulette. Mais le manque de batterie me fait regagner la salle où les développeurs réalisent l’application now.mix-it.fr
Ils ont un bugtracker orienté utilisateur où les gens peuvent voter, ils releasent en continu les développements réalisés. Planqués dans une salle du fond, ils ne sont pas très visibles. L’avantage est qu’on est tranquilles pour développer.

◈ Petit design pour une grande humanité

This talk was very inspiring with principles and many examples of design human centered.

- La question du dessein derrière la création est importante
- Observer les gens et les usages, avoir une posture humble, rester à la même hauteur que les gens
- Le plus important est d’observer, le cerveau prototype tout seul des solutions
Plein d’exemples :
- invention des jeux Game and Watch par observation de la position des mains des japonais dans le métro5 clefs pour un design centré sur l’humain
1 : une vie meilleure
2 : le design vient des autres
3 : pensée de l’action
4: vecteur de relations
5 : transformer les comment en pourquoi"Le design est trop important pour le laisser uniquement entre les mains des designers." – Tim BROWN

◈ NUI

par Vincent Guigui
This talk was exciting, because of the new and geeky side.
* Quel est le moyen le plus efficace et le plus précis si je veux faire un pixel rouge sur un point de mon écran ?
Réponse : CLI car on choisit quel pixel (son emplacement) et la couleur (précise)
* WIMP : Window Icon Menu Pointer
On perd en précision. Dans certains endroits (caisse, aéroport) on a encore du CLI car les utilisateurs sont experts.
Les intérimaires passent par une semaine de formation. Aujourd’hui on a tendance à mettre de plus en plus de tactile.* NUI : pas d’intermédiaire entre utilisateur et objet
ex : meuble Ikea
NUI = je veux un meuble de cette hauteur qui va d’ici à là* On peut envisager :
1/ la veille exploratoire
- Iron Man attire les gens donc + de clients
- pas de produit
2/ Résoudre des problèmes pour l’utilisateur : être pertinent
- utile + efficace + engageant = taux d’adoption de la technologie +++
QOTD : "Elle va être embarquée comme une webcam normale". Quand je pense que pour moi une webcam est un device que l’on branche en externe, au départ, c’est amusant.* Demain interfaces cérébrales : capteurs directement sur le corps
 Usages des bornes interactives :
- catalogue du magasin quand la boutique est fermée
- preview des vêtements sur le corps directement
- mesure sanitaire sans contact (hôpital, pandémie)* NUI sont plus immersives
ex : je suis gaucher, les menus sont à gauche
ex2 : je fronce les sourcils par fatigue, le contraste et la luminosité s’adaptent* Usages actuels des NUI
- quantified-self / santé / bien-être (chaussettes bébé qui prennent le pouls)
- sécurité (canne d’une personne âgée détecte qu’elle marche plus lentement)
- interaction sociale / humeurs
- contrôle à distance / notifications
Futur ?
+ de naturel dans les UI
+ intégré : immersion, ambiance
+ personnalisation
on va vers une Human UI

◈ Consulting Secrets for Effective Communication

Jeffrey Davidson
slides : https://speakerdeck.com/jeffreygoodreq/consulting-secrets-for-effective-communication
* Manage yourself
1) tell people what your going to do, then do it
2) validate assumptions (ex : delivers on friday, is it 8am or 8pm ?)
3) let people know you are on track to finish
4) if you are going to miss, let people know early
* Meet right
- Are you late at movie ? No.
- Are you late at meeting ? Yes : no value for the meeting
1) prepare your meetings
2) show up for the meeting without phone and laptop
3) write and tell decision "we have decided…" and stick to that decision

Keynotes

Ensuite, il y a eu les Keynotes de fermeture : j’ai live-tweeté mais pas pris de notes.

Celle d’Horacio sur bosser différemment : « Les communautés et le monde IT sous d’autres cieux » d’Horacio Lassey-Assiakoley

D’abord il se confesse :

Et d’ailleurs, il confesse que l’informatique n’est pas LE rêve de la jeunesse togolaise à ce moment où il commence sa carrière :

Il parle un peu de la gestion de communautés et événéments (sur Java, en l’occurrence) au Togo

Il essaie de nous transmettre les conditions de travail d’un développeur togolais.

Et c’est plutôt le stress :

Celle d’Ashe Dryden sur la Diversité dans les développeurs.

Sa grand-mère programmait

Dans des conditions…particulières :

Elle explique les différentes soucis :

Et nous file quelques pistes pour faire évoluer :

 

Encore une fois, le Mix IT, j’aime ça, j’y retournerai et je vous le recommande. Autant pour les conférences que pour les rencontres, et que pour le Off (soirées, apéros).

Mix IT 2014, jour 1 : la conférence lyonnaise où il faut aller

mixit-bannerAssez excitée par l’événement et malgré l’apéro de la veille, j’arrive néanmoins juste à temps pour boire un sacro-saint café avant la Keynote.

La Keynote est le moment de Faire connaissance avec nos voisins de fauteuil, et je tourne la tête pour tomber sur un développeur Clever Age, que j’ai croisé à un mariage récemment (oh, les développeurs deviennent parfois amis dans la vie réelle). Nous parlons durant la minute (timeboxing is not a crime) consacrée, et c’est amusant.
Les présentations en 30 sec (again, timeboxing is not a crime) des conférenciers me permettent de choisir sans avoir à consulter le programme. Evidemment, deux ou trois conférences en parallèle m’intéressent.

Voici mes notes et remarques sur les conférences.

◈ Risk and decisions

par Olav Maassen
visible en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=ezHBgJiBEsw

☞ Règles pour prendre des décisions

  1. les options ont de la valeur
  2. les options expirent
  3. ne vous engagez jamais tôt à moins que vous ne sachiez pourquoi

Olva Maassen nous a dit de reporter (postpone) chaque décision au plus tard possible et de vivre avec les options ouvertes.
Une option est c’est quand on a le choix, et avoir le choix est plus riche qu’avoir une décision prise.

Pour le logiciel le délai est important : le risque de prendre une décision est celui de la réversibilité.

☞ Exemples de bénéfices d’un choix tardif

  1. Wikispeed, la voiture
    Le moteur a pu être choisi tard et être changé à la dernière minute : meilleur moteur dans la voiture.
  2. Brickell Key (Lean Kanban) Award en cristal gravé
    Fabriquer les pavés en cristal prend 6 semaines et les résultats étaient attendus dans les 2 mois, et le comité ne pouvait se réunir que 2 semaines avant la nomination : ils ont fait fabriquer un trophée par nominé et ont détruit les cristaux des perdants.
    La décision a été ajournée, cela a économisé du temps, même si c’était coûteux en argent.

◈ Looking at the future of UI in Sci-Fi

par Vincent Tourraine

Cette conférence a été une revue de copies d’écrans de films, commentées par l’orateur, concernant les interfaces homme-machine. Par exemple, ont été cités :

  • Alien (1979) Mother computer-room
  • Jurassic Park (1993) la représentation des bâtiments
  • Her (2013) l’oreillette

L’aimable Vincent Tourraine vient de publier un billet reprenant sa conférence, c’est fort intéressant de voir tous ses commentaires sur les UI qu’il a dégotté dans les films de science-fiction de plein d’époques.

◈ Visualization

par Mathias Skarin
Slides à télécharger en PDF

☞ We cant trust our brain : nous ne voyons pas tout, des angles morts à l’effet flickr.
Notre cerveau choisit ce qui est important : nous ne remarquons pas les choses sans importance.
L’orateur nous a présenté quelques expériences de type "Awareness test" : des films où les détails changent et on ne remarque rien du tout. Cela m’a rappelé l’expérience avec le meurtre, du genre Cluedo, ce qui me renvoie, encore et toujours…aux Monty Python et leur sketch d’Agatha Christie.

Attention au stress de l’oeil : quand nous avons des signaux conflictuels, le cerveau prend 3 secondes pour décider ce qu’il va stocker.

La soirée a été sobre pour moi, ne pouvant aller sur la péniche avec les autres.

Sketch Note & visual thinking : l’astuce des mémoires visuelles

Vous vous souvenez quand vous gribouilliez dans les marges de votre cahier ? C’est désormais valorisé à un niveau professionnel.

Porc USB par crayonquigrince

Qui n’a jamais fait la blague du Porc USB ?

Il faut dire que les infographies sont de plus en plus présentes pour représenter des données abstraites pour notre simple esprit mortel (big data, coucou). Du coup, l’étape suivante pour stimuler notre intellect est d’illustrer nos notes. On commence par quelques schémas rapides pour arriver bientôt à un niveau d’interprétation qui concurrence les meilleurs graffitis urbains.

sketch note intitulée

"What are Sketch Note" en sketch note : récursion ?

Bref, il s’agit d’utiliser l’espace, l’illustration, la typographie, les couleurs, les symboles pour enrichir le sens de vos prises de notes. Cela me touche énormément car j’ai toujours gribouillé dans mes marges. J’ai d’ailleurs conservé toutes mes notes illustrées de cours, en jetant celles qui ne l’étaient pas, c’est pour dire. Si j’ai le courage de faire de l’archéologie, j’en scannerais, je pense. Il faut avouer que parfois je n’illustrais pas le cours, et je divaguais. Les informations et conseils que j’ai trouvé les plus intéressants pour le moment ont été :

  • Sketchnoting 101 : How to create awesome visual notes Où on nous explique de s’initier au brouillon à dessiner quelques symboles d’abord, ensuite de jouer sur la typograhie et enfin de réfléchir l’espace en fonction du temps, particulièrement quand on prend note d’une conférence.
  • S’initier au sketchnoting par l’annotation créative  L’idée d’ajouter une marge de 10cm à la gauche d’un texte pour prendre en main les annotations dessinées me semble simple et pertinente. Je fais très souvent des marges pour annoter mes notes, et c’est du tonnerre. Ajoutez la dimension ludique du découpage-collage-dessin, et c’est appétissant. Notez la tentative d’utiliser Croquinote, néologisme aux accents canadiens, qui vous donnera plein de résultats de recherche en français.
  • Cette image qui résume le principe : https://www.flickr.com/photos/laurensbonnema/8485382369/

edit : J’oubliais un conseil très important. Le plus dur, c’est de s’y mettre. Donc commencez, quelle que soit la qualité de votre première production, quel que soit votre talent. Ayez confiance, on s’améliore.

[+ d'exemples]

Installation de ReadtheDocs en local (Ubuntu)

Je suis les instructions sur ma Ubuntu fraîchement installée : https://read-the-docs.readthedocs.org/en/latest/install.html

Premièrement j’installe python. Avec apt-get install, tout simplement. Je fais confiance à mon OS.
Comme l’installation bloque, je finis par installer un paquet de versions de Python mais les paquets se débrouillent pour me faire un :
python 2.7 et un python3

sudo apt-get install python-virtualenv virtualenvwrapper
sudo apt-get install python3-pippython

Quand j’arrive à la partie d’installation avec pip, premièrement c’est Mercurial qui me claque à la figure. Alors, je lance la commande avec pip3 au lieu de pip tout court.

cd readthedocs.org
pip3 install -r pip_requirements.txt

Erreur

Downloading/unpacking virtualenv==1.11.1 (from -r pip_requirements.txt (line 2))
Real name of requirement virtualenv is virtualenv
Error while getting https://pypi.python.org/packages/source/v/virtualenv/virtualenv-1.11.1.tar.gz#md5=7875c2d8c2075571abe5e727449af4d8 (from https://pypi.python.org/simple/virtualenv/)
Exception:
Traceback (most recent call last):
File "/usr/lib/python3.3/urllib/request.py", line 1252, in do_open
h.request(req.get_method(), req.selector, req.data, headers)
File "/usr/lib/python3.3/http/client.py", line 1061, in request
self._send_request(method, url, body, headers)
File "/usr/lib/python3.3/http/client.py", line 1099, in _send_request
self.endheaders(body)
File "/usr/lib/python3.3/http/client.py", line 1057, in endheaders
self._send_output(message_body)
File "/usr/lib/python3.3/http/client.py", line 902, in _send_output
self.send(msg)
File "/usr/lib/python3.3/http/client.py", line 840, in send
self.connect()
File "/usr/lib/python3/dist-packages/pip/download.py", line 90, in connect
sock = socket.create_connection((self.host, self.port), **self.connection_kwargs)
File "/usr/lib/python3.3/socket.py", line 417, in create_connection
for res in getaddrinfo(host, port, 0, SOCK_STREAM):
FileNotFoundError: [Errno 2] No such file or directory

During handling of the above exception, another exception occurred:

Traceback (most recent call last):
File "/usr/lib/python3/dist-packages/pip/basecommand.py", line 139, in main
status = self.run(options, args)
File "/usr/lib/python3/dist-packages/pip/commands/install.py", line 266, in run
requirement_set.prepare_files(finder, force_root_egg_info=self.bundle, bundle=self.bundle)
File "/usr/lib/python3/dist-packages/pip/req.py", line 1033, in prepare_files
self.unpack_url(url, location, self.is_download)
File "/usr/lib/python3/dist-packages/pip/req.py", line 1161, in unpack_url
retval = unpack_http_url(link, location, self.download_cache, self.download_dir)
File "/usr/lib/python3/dist-packages/pip/download.py", line 534, in unpack_http_url
resp = _get_response_from_url(target_url, link)
File "/usr/lib/python3/dist-packages/pip/download.py", line 569, in _get_response_from_url
resp = urlopen(target_url)
File "/usr/lib/python3/dist-packages/pip/download.py", line 143, in __call__
response = self.get_opener(scheme=scheme).open(url)
File "/usr/lib/python3.3/urllib/request.py", line 473, in open
response = self._open(req, data)
File "/usr/lib/python3.3/urllib/request.py", line 491, in _open
'_open', req)
File "/usr/lib/python3.3/urllib/request.py", line 451, in _call_chain
result = func(*args)
File "/usr/lib/python3/dist-packages/pip/download.py", line 123, in https_open
return self.do_open(self.specialized_conn_class, req)
File "/usr/lib/python3.3/urllib/request.py", line 1255, in do_open
raise URLError(err)
urllib.error.URLError:

Version de virtualenv
Je mets donc à jour virtualenv

sudo apt-get upgrade python-virtualenv

Cela ne fait rien de plus :-(
Alors je cherche sur Internet et je finis par trouver un moyen de mettre à jour virtualenv pour python 2.7

python2.7 -m easy_install virtualenv

La suite…j’ai répété la procédure d’installation et tout s’est bien passé. C’est presque décevant !

PHP Tour Lyon 2014 : j’y serai, et vous ?

Cette année, je suis sûre d’aller au PHP Tour, il se déroule à Lyon, et j’y ferai une conférence.
Ma conférence porte sur la Documentation : pourquoi vous devriez y accorder de l’importance et comment se faciliter la vie.

PHPTourLyon2014_banner_728x90(5)

Et dans le programme, j’ai repéré d’autres conférences intéressantes parfois pour le sujet, parfois pour le conférencier. Selon le planinng, je ne pourrais aller à toutes, il me faudra faire un choix. Voici les conférences qui ont retenu mon intérêt :

  • la Keynote de Rasmus Lerdorf (créateur de la première version de PHP) : Coding and Dreaming – PHP in 2014
  • une bonne question : Quand on arrive à 100 000 lignes de code, ça ressemble à quoi une appli Symfony?
  • La conférence qui m’intéresse, justement en tant que Documentaliste : Comment grapher et visualiser vos data ?
  • Une question qui a fait un peu débat quand mon estimé ex-collègue Sébastien Rogier a crée Jenkins Khan. La question des projets internes, des outils internes et de leur diffusion. S’ils nous servent, peuvent-ils être utiles à d’autres ? Pourquoi votre projet interne serait mieux en open-source sur GitHub
  • Voilà un sujet qui me préoccupe beaucoup, maintenant que je veux organiser de l’information et la rendre disponible : Indexation et recherche “like a boss” avec Elastica
  • J’aime les REX, alors un retour d’expérience de Meetic, grosse société, de l’agile, je compte bien y assister : Transition agile 4 real @ meetic
  • Je ne les ai pas écoutés au Mix IT, les "collègues" de TEA, alors pourquoi ne pas aller les écouter au PHPTour ? On a monté une équipe de zéro
  • Un autre sujet qui me préoccupe beaucoup : traduire les contenus de ma documentation. On a déjà des pistes techniques, et du coup, j’irais bien regarder ce que font les autres. Être agile avec ses traductions
  • Un projet que j’ai suivi de loin en loin, et les conférenciers sont extras, alors j’irai les écouter. Praspel, un langage de spécification par contrats
  • Le monitoring est une question récurrente et un peu ardue : quoi regarder, comment, pourquoi ? Soyez lean : monitorez vos projets
  • Les Lightning Talks : c’est pas cher et ça peut rapporter…quelque chose de très intéressant.

 

[evenement] Compte-Rendu des JDLL, Lyon

JDLL 2014 logo

JDLL 2014


J’ai participé aux JDLL pour soutenir l’événement et pour donner un coup de main au Hackerspace sur la tenue de leur stand. J’ai même pris la liberté d’assister à quelques conférences.

Voici ce que j’en ai retenu :

  • Blender : création d’objets et impression en 3D

    par Matthieu Dupont de Dinechin

    La présentation a été sur les possibilités. L’exemple qui m’a vraiment plu a été la démonstration d’une interface de Blender créée pour une journée dans un musée. La contrainte était de laisser des enfants imprimer une maison qu’ils auraient créée en 3D. L’idée a été de créer un Paramétreur de maison : nombre de fenêtres, pente du toit, longueur, courbure de la maison, etc. et de laisser chacun personnaliser sa maison.
    Voir le résultat sur : http://chantierlibre.org/2013/10/12/folle-journee-de-larchitecture-2013-53-maquettes-differentes-en-une-journee/

  • Création de jeux video : cadre personnel, pédagogique et parental

    par Sébastien Navarro

    Si on veut s’impliquer dans les jeux vidéo de ses enfants, on peut passer par la co-création de jeu avec eux. Cela a plusieurs avantages : passer un moment avec son enfant, créer et s’approprier un jeu vidéo, et également au niveau pédagogique montrer qu’on peut fabriquer soi-même quelque chose !
    Les questions des mères présentes dans la salle me conduisent à penser qu’un Coding Goûter spécial Mamans devrait voir le jour.

  • Les bases du design et de l’ergonomie pour les développeurs par un développeur

    par Franck Rousseau

    Cette conférence était un peu courte, le sujet méritait qu’on en parle. Cette intervention rappelait les fondamentaux du design, la réflexion sur le contenu : quel impact, quelle quantité, quel disposition étaient les plus adaptés au web. J’ai apprécié les exemples de l’utilité d’une grille sur un vrai site, en réalignant les contenus, la légère différence induite était déjà appréciable.
    Le mot clef du speaker était : alignez vos éléments !

  • Comment enseigner Internet aux enfants et aux adultes

    par Adrian Gaudebert

    Je suis impliquée dans l’enseignement de la programmation aux enfants, et je l’ai été pour les adultes. Et là, on venait nous parler de nos familles qu’on dépanne si souvent, et qui continuent à être un peu embrouillés dans les métaphores. Comment peut-on les aider, en étant informaticiens à prendre confiance et à répandre le savoir autour d’eux ?

  • Associations et logiciels libres

    par Laurent Costy

    Je me suis largement trompée sur cette conférence. J’espérais qu’on me présente un outillage de logiciels libres dédiées aux associations, il s’agissait en réalité d’un parallèle entre les valeurs du libre et les valeurs de l’éducation populaire. C’était intéressant mais pas ce que j’étais venue chercher.